Publicité
3 août 2017 - 06:37

Les agriculteurs souhaitent vivement des précipitations

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

L’état de nos pelouses en dit long sur la quantité d’eau de pluie tombée sur la région cet été. Si ce beau temps sec fait l’affaire des vacanciers, les agriculteurs souhaitent vivement recevoir l’aide de Dame Nature le plus rapidement possible.

«S’il n’y a pas de précipitations majeures dans les deux prochaines semaines, les rendements des différentes récoltes pourraient en souffrir», a mentionné Alain Proulx, directeur du Centre de services de Rivière-du-Loup de la Financière agricole du Québec.

Le sol est très sec, ça prend de bonnes averses et à plusieurs reprises. «La situation est plus difficile dans l’est du Bas-Saint-Laurent qu’à l’ouest. Le Bas-Saint-Laurent est une région plus touchée cette année par les faibles précipitations», a souligné M. Proulx. Celui-ci n’est pas en mesure actuellement de définir le rendement final des récoltes. De la pluie en abondance pourrait permettre le rétablissement de la situation.

Ce que l’on sait déjà, c’est que les rendements de la première fauche de foin ont été bons. La récolte s'est amorcée à la mi-juin, ce qui correspond pour plusieurs à la période normale. «La deuxième coupe de foin est plus faible, les rendements sont inférieurs à la moyenne observée; les agriculteurs pourraient cependant se reprendre avec une troisième fauche», a-t-il précisé. Notons également que les semis se sont terminés dans les périodes normales, à l'exception de la culture du blé, dont la date de fin de semis a dû être prorogée pour permettre la fin des travaux.

M. Proulx s’est dit surpris que nous n’ayons pas encore entendu parler davantage de problèmes liés à l’approvisionnement en eau. «Nous avons commencé à percevoir des inquiétudes à cet effet», a-t-il indiqué. Les producteurs agricoles ont des puits d’eau potable qui servent à abreuver les animaux de la ferme.

Pour les producteurs agricoles, le Programme d'assurance récolte est un outil avantageux de gestion des risques, qui permet de sécuriser les revenus issus des récoltes lors de conditions climatiques difficiles ou de phénomènes naturels incontrôlables.

Publicité

Commentez cet article