Publicité
5 août 2017 - 07:25

Cultiver son avenir en région

Geneviève Desjardins

Par Geneviève Desjardins, Journaliste

Toutes les réactions 1

Gabriel et Caroline se sont établis à Saint-Mathieu-de-Rioux il y a quelques années et ont fait l’acquisition de leur terre dans le but de la cultiver et de pouvoir en vivre. Les Jardins Beaux-Lieux, c’est le nom qu’ils ont donné à leur entreprise qui vend des paniers de légumes durant toute la saison estivale.

«Après plusieurs essais à gauche et à droite, au bout de mes études, j’avais fini par travailler comme assistant de recherche à l’UQAM, et là j’ai vraiment compris que je n’allais pas travailler dans un bureau», explique Gabriel Legaré, originaire de Saint-Eustache sur la rive nord de Montréal. En plus de travailler également dans le secteur forestier, il possède une érablière, ce qui lui assure un revenu supplémentaire.

Sa conjointe, Caroline Beaulieu, a grandi à Rivière-Bleue sur une ferme laitière familiale que l’une de ses sœurs a reprise. Grâce à ses études en agronomie, elle travaille comme assistante de recherche dans des projets d’agriculture durant l’hiver.

Leur terre représente une superficie de 6 hectares de champs où ils cultivent pour l’instant une quarantaine de variétés de légumes sur 0,7 hectares. Ils louent le reste de leur terre à d’autres cultivateurs pour la culture du foin. Ils ont aussi construit une serre non chauffée dans laquelle ils ont installé un système d’irrigation alimenté par des panneaux solaires. Ils feront d’ailleurs bientôt labourer une autre parcelle de terre qui doublera leur superficie cultivée.

PANIERS DE LÉGUMES

Dès l’automne 2015, le couple a entamé une année de préparatifs pour l’achat de matériaux, la préparation des jardins et la construction d’une serre.

«Il faut avoir une bonne variété de légumes puisqu’on fait des paniers. Il faut aussi qu’il y en ait du début à la fin et qu’on ne mette pas la même chose chaque semaine», précise Caroline.

Ils réussissent donc à produire assez de légumes pour vendre une dizaine de paniers par semaine, ce qui n’est pas trop exigeant pour cet été, étant donné la blessure au genou de Gabriel et la grossesse de Caroline. Cette dernière attend des jumeaux. Ils vendent ensuite leurs surplus au Marché public de Trois-Pistoles ainsi qu’à celui de Saint-Simon. Ils n’ont habituellement aucun employé, mais ils reçoivent beaucoup d’aide de leur famille et de leurs amis cet été, puisqu’ils sont ralentis par leur condition.

Le couple prévoit cependant accroitre sa clientèle à environ une cinquantaine de paniers par semaine dans les années à venir. Pour leur première année de production, leur objectif était surtout de rentabiliser leurs dépenses liées à l’achat du matériel et de se faire connaître.

Ils comptent s’installer à long terme avec leur famille à Saint-Mathieu-de-Rioux et vivre de l’agriculture. Leur avenir semble assuré, surtout avec l’arrivée, prévue d’ici quelques semaines, de la jeune relève.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Belle initiatiative de la part de ce jeune couple! Heureusement qu'il y a des gens comme eux pour reprendre le contrôle des terres agricoles au Québec.

    Memosa - 2017-08-06 05:03