Publicité
29 juillet 2017 - 07:32

Jean Soucy : découvrir la nature autrement

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Du plus loin qu’il se souvienne, Jean Soucy a toujours été passionné et intrigué par la nature. Retraité depuis maintenant trois ans, il consacre la majorité de ses temps libres à l’observation de l’environnement. Le naturaliste amateur allie désormais sa passion pour la photographie à celle de la nature afin d’immortaliser ses diverses trouvailles.

Il y a quelques années, Jean Soucy ramenait avec lui divers trophées de chasse, monarques, insectes, papillons de nuit, espèces de plantes, pour enrichir sa collection. Maintenant, c’est plutôt sa galerie numérique qui ne cesse de prendre de l’ampleur.

La passion de Jean Soucy a débuté alors qu’il n’avait que 7 ou 8 ans. Il se rendait toujours dans un petit boisé près de la maison familiale pour y observer les insectes, les animaux et la flore. Ses parents, voyant son grand intérêt, lui ont fourni des livres d’identification afin de répondre à ses interrogations.

Il avoue avoir eu la piqure lors de ses études au secondaire. Ses professeurs l’avaient alors encouragé à présenter sa collection d’insectes aux autres élèves dans les années 70. Il avait amassé quelques espèces à la suite d’un séjour dans un centre pour jeunes naturalistes, à Port au Saumon qu’il a présentées lors d’une exposition. Si au départ, Jean Soucy mettait plus d’efforts à capturer les spécimens pour les ajouter à sa collection, il a découvert une toute autre manière de les mettre en valeur.

«Je me consacre à la photographie, à la fois pour des paysages, des oiseaux et des insectes. Utiliser un objectif macro, c’est comme un nouveau monde qui s’ouvre à nous. Il faut prendre le temps d’observer, et on voit parfois des choses que les gens qui ne s’arrêtent pas ignorent», explique le passionné. Il image cette explication avec une minuscule fourmi qui s’abreuve à une goutte d’eau sur le bord d’une feuille, invisible si on ne s’y attarde pas.

Du printemps au début de l’automne, il se consacre principalement à la prise de photos, et à la production de son matériel. Jean Soucy profite de la saison froide, où moins d’espèces se montrent, pour identifier tout ce qu’il a amassé.

«Pour faire de meilleures photos d’oiseaux, il faut étudier leur comportement. Le printemps, ils font des parades nuptiales. Il faut se lever, vers 5 h du matin il faut être sur place. C’est l’heure à laquelle ils se nourrissent», explique-t-il.

Avant chaque sortie, il prend soin d’élaborer son plan de match. Les insectes sont beaucoup plus faciles à photographier le matin, puisqu’ils ne sont pas dégourdis, encore figés par la rosée matinale. Il invite par ailleurs les personnes intéressées à approfondir leurs connaissances à se joindre au groupe Go Oiseaux de L’Isle-Verte, qui organise des sorties et excursions régulièrement dans la région. Il permet aux divers amateurs de se rencontrer et d’échanger. 

Il est possible de suivre Jean Soucy et de découvrir ses photographies en visitant le site web suivant : https://www.flickr.com/photos/jspassionnature/

Publicité

Commentez cet article