Publicité
12 mai 2017 - 06:57

Eau potable : un projet de 3 M$ à L’Isle-Verte

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

La Municipalité de L’Isle-Verte souhaite mettre aux normes ses installations de traitement de l’eau potable et de ses puits avant l’entrée en vigueur de la mise à jour du règlement sur la qualité de l’eau potable prévue le 31 décembre 2018 par le ministère de l’Environnement. Ce projet représente un investissement d’environ 3,2 M$.

«Depuis 2012, il n’y a aucune action qui avait été faite pour vérifier l’état des puits. Il faut refaire des analyses et reconfirmer les résultats sur la qualité de l’eau. Nous avons remarqué la présence de nitrates, ce qui nécessite un traitement», explique la mairesse de l’Isle-Verte, Ursule Thériault.

L’usine de pompage d’eau potable de la Municipalité actuelle date de plus de 35 ans. Elle devra donc faire l’objet d’importants travaux, et plusieurs de ses équipements devront être remplacés au cours des prochaines années. Par exemple, le moteur de la génératrice, qui est alimenté au diesel, est situé à l’intérieur de la station de pompage. Le risque de contamination au diesel des réservoirs est donc très important. L’installation d’une génératrice dans un bâtiment attenant à la station de pompage permettrait de régler ce problème. De plus, deux pompes de distribution, deux pompes doseuses de chlore et le système de chloration seront à remplacer.

Les deux réservoirs d’eau brute devront être inspectés et nettoyés en profondeur. Le réservoir de distribution d’eau traitée est aussi à bout de vie et devra être remplacé par une nouvelle infrastructure. Ursule Thériault souhaite que la première pelletée de terre ait lieu en novembre 2017.

FINANCEMENT

La Municipalité a déjà eu la confirmation d’une aide financière de la part du gouvernement, dans le cadre du Programme d’infrastructures Québec-Municipalités (PIQM), d’un montant de près de 1,1 M$. «Nous avons eu une promesse d’aide de 300 000$ de la part du ministère des Transports, et un montant de plus de 759 000$ de la taxe d’accise sur l’essence», explique Guy Bérubé, directeur général de L’Isle-Verte. La Municipalité déposera un règlement d’emprunt de 3,2 M$ pour la totalité du projet, mais devra débourser en réalité 1,1 M$.

La phase I de la réfection du réseau d’aqueduc de l’Isle-Verte a débuté en 1997, avec l’implantation d’un réseau d’égouts, la réfection de certaines conduites et une station d’épuration des eaux usées. Lors de la phase II, en 2009, les réseaux d’aqueduc et d’égouts ont été prolongés, nécessitant un emprunt de 1 M$, dont les termes prennent fin en 2018. Le directeur général de la Municipalité affirme que le nouveau règlement d’emprunt pour la mise à niveau des installations (phase III), qui entrera en vigueur en 2018, n’aura pas d’effet sur la facture et les taxes des citoyens de L’Isle-Verte. Un règlement d’emprunt sera donc remplacé par l’autre.

Publicité

Commentez cet article