Publicité
30 avril 2017 - 10:04

Rehaussement du financement au Centre Alpha des Basques

Le Centre Alpha des Basques, membre du Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec (RGPAQ), se réjouit de l’augmentation de sa subvention à la mission, accordée par le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, monsieur Sébastien Proulx, pour l’année 2016-2017 par l’entremise du Programme d’action communautaire sur le terrain de l’éducation (PACTE).

«La subvention de notre organisme n’avait pas été augmentée depuis 8 ans. Alors, cette bonification est la bienvenue», précise Julie Ouellet, coordonnatrice.

L’augmentation reçue permettra au Centre Alpha des Basques d’embaucher une nouvelle personne qui accompagnera les parents lors de la période de devoirs et de leçons. En plus, cette nouvelle ressource aura pour tâches de sensibiliser la population des Basques à l’importance de s’alphabétiser et par le fait même, recruter de nouveaux participants.

À l’instar des autres organismes financés par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MÉES), le Centre Alpha des Basques espère maintenant que le ministère ira de l’avant avec une demande répétée depuis la création du PACTE en 2003-2004, soit l’indexation annuelle des subventions à la mission de chaque organisme reconnu et accrédité au programme.

«Afin que la bonification reçue cette année puisse avoir l’effet escompté à long terme, l’indexation annuelle de notre subvention à la mission est absolument nécessaire», ajoute Julie Ouellet.

«Depuis maintenant 33 ans, le Centre Alpha des Basques offre des ateliers d’alphabétisation à des personnes analphabètes ou peu scolarisées. Nous nous déplaçons dans 9 municipalités de la MRC les Basques. L’organisme offre également différents ateliers tels que des ateliers en informatique (Word, PowerPoint, Excel, Tablette), des ateliers de Gym Cerveau, etc. Cette année, nous avons accompagnés près de 200 personnes. Avec une quatrième personne au sein de notre équipe, nous atteindrons peut-être les 250 personnes, qui sait… » conclut madame Julie Ouellet.

 

Publicité

Commentez cet article