Publicité
1 avril 2017 - 06:03

Québec appuie cinq projets de prévention des violences sexuelles

La Maison de Marthe, la Concertation des luttes contre l'exploitation sexuelle (CLES) et le Projet intervention prostitution Québec (PIPQ) réaliseront, avec l'appui du gouvernement du Québec, des initiatives concrètes contribuant à la mise en œuvre de la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles 2016-2021, dévoilée en octobre.

La vice-première ministre et ministre responsable de la Condition féminine, Lise Thériault, a confirmé l'attribution d'une aide financière totalisant 192 670 $ afin de soutenir ces projets.

Des sommes de 67 680 $ et de 76 662 $ sont versées respectivement à la Maison de Marthe et à la CLES pour le projet Déploiement d'une personne-ressource en matière d'aide à la sortie de la prostitution. Ces personnes-ressources accompagneront les femmes souhaitant sortir de la prostitution dans leurs démarches auprès des services publics ou communautaires, et ce, dans un objectif de réinsertion sociale.

Un montant de 48 328 $ est également versé au PIPQ pour la mise en œuvre du projet Mobilisation autour de l'exploitation sexuelle : parole aux jeunes. L'organisme poursuivra ainsi son travail de prévention auprès des jeunes hébergés en centre de réadaptation et bonifiera les contenus des ateliers de sensibilisation offerts dans certaines écoles secondaires de la région de Québec.

«Il est important pour notre gouvernement de soutenir les personnes les plus vulnérables de notre société, et les personnes victimes d'actes criminels en font partie. La mission de ces organismes permet aux victimes de reprendre le contrôle de leur vie et, ainsi, de pouvoir se rétablir. L'aide financière accordée par notre gouvernement permettra la réalisation de projets qui répondent directement aux besoins des victimes», explique Stéphanie Vallée, ministre de la Justice.

AIDE AUX VICTIMES

De plus, dans le cadre de l'appel de projets du Fonds d'aide aux victimes d'actes criminels (FAVAC), une somme totale de 145 825 $ a été accordée à deux de ces organismes pour favoriser la recherche, l'information, la sensibilisation et la formation en matière d'aide aux victimes d'actes criminels.

Une aide financière de 98 825 $ a été accordée à la Maison de Marthe pour le projet Pédagogie d'empowerment pour un abandon définitif de la prostitution, lequel mènera à l'élaboration d'un modèle d'intervention, pendant une durée de trois ans, afin de permettre une sortie définitive de la prostitution et une évaluation continue des résultats.

La CLES a également pu bénéficier d'une somme de 47 000 $ pour le projet Un programme de soutien adapté aux proches des victimes d'exploitation sexuelle, qui consistera à rédiger, à la suite du recueil de l'information auprès des proches, un outil de sensibilisation et d'information qui pourra être utilisé tant par les familles que dans divers milieux de pratique.

«Collectivement, nous avons le devoir et le pouvoir de contrer les violences sexuelles, un phénomène qui n'a pas sa place au sein d'une société comme la nôtre, qui prône l'égalité de fait entre les femmes et les hommes partout au Québec», a commenté Lise Thériault, ministre responsable de la Condition féminine.

Lancée en octobre 2016, la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles 2016-2021 vise à renforcer l'action gouvernementale en matière de prévention et d'intervention relativement aux agressions et à l'exploitation sexuelles.

Au cours des cinq prochaines années, 200 M$ seront investis pour contrer les violences sexuelles, dont 44 M$ serviront à la mise en œuvre de 55 nouvelles actions.

Dans le cadre du programme de subvention du FAVAC, institué en 1988 par le ministère de la Justice, une somme totale de 1,5 M$ a été accordée en 2016-2017 pour la réalisation de 32 projets destinés aux victimes d'actes criminels.

ORGANISMES

La CLES rassemble des groupes et des membres individuels qui croient en un monde sans prostitution. Son travail se décline en trois principaux volets : les services aux femmes, la sensibilisation et la formation, ainsi que l'action politique.

La Maison de Marthe accompagne les femmes au cours de chacune des étapes de leur processus de sortie de la prostitution, tout en favorisant leur rétablissement et leur insertion sociale.

Le PIPQ vient en aide aux personnes en lien avec la dynamique prostitutionnelle en proposant des solutions qui correspondent aux besoins et aux choix de ses clientèles, en informant les jeunes et la population sur cette problématique et en apportant un soutien aux intervenantes et intervenants de la communauté.

 

Publicité

Commentez cet article