Publicité
9 mars 2017 - 16:19 | Mis à jour : 17:06

Optilab : Gaétan Barrette tente de calmer le jeu

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette a tenu un point de presse à Rivière-du-Loup le 9 mars afin de tempérer le tableau dépeint par les syndicats dans le dossier d'Optilab. Il a été incapable de confirmer qu'il n'y aurait aucune perte d'emploi liée à la centralisation des laboratoires au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie.

Gaétan Barrette, flanqué du député de la région Jean D'Amour, a rappelé qu'Optilab sera déployé en asymétrie au Québec. «Il y a des économies à faire dans les grands centres. Les modèles de départ sont ceux de Québec et Montréal. En région, ce sera moins intense qu'à Montréal», a-t-il expliqué. La réorganisation du réseau d'analyse des échantillons permettra, selon le ministère de la Santé, une économie d'échelle d'environ 75 M$. Elle sera en partie réalisée par de la robotisation, et aura plus d'impacts à Montréal, selon le ministre.

«C'est le premier projet que le gouvernement aura fait qui va prendre l'argent de Montréal pour le distribuer en région», a-t-il soutenu. Gaétan Barrette a au passage critiqué ses collègues du gouvernement fédéral, soulignant qu'ils ont refusé de faire les transferts de fonds appropriés en santé. «Les économies réalisées vont aller dans le système de santé en région pour les personnes âgées», a-t-il assuré.

De leur côté, les syndicats craignent une perte d'expertise en laboratoire, et des pertes d'emplois, partout au Québec. «Il y aura une diminution des employés de 5 à 8 % à terme, qui sera comblée par l'attrition», explique M. Barrette. Il s'appuie notamment sur les départs à la retraite pour expliquer cette baisse. L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) s'inquiète aussi de l'altération des prélèvements et d'échantillons lors de leur transport sur des centaines de kilomètres pour être analysés. En guise de réponse, Gaétan Barrette a rappelé que les prélèvements qui ne nécessitaient pas une réponse immédiate ont toujours voyagé entre les établissements de santé.

Rimouski deviendra donc le laboratoire central des prélèvements effectués sur le territoire du CISSS du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie. Les échantillons y seront envoyés à 70%, sauf en cas d'urgence. Présentement, 65 technologues médicaux travaillent dans les quatre laboratoires de Rivière-du-Loup, La Pocatière, de Témiscouata et de Trois-Pistoles. Le ministre Barrette a affirmé que sur la Côte-Nord, aucune perte d'emploi reliée du déploiement d'Optilab ne surviendrait.

AUTRES DOSSIERS

Le dossier d'hémodialyse continue d'avancer pour Rivière-du-Loup, et Gaétan Barrette estime qu'en 2018, le service sera opérationnel. Il sera un miroir de celui que l'on retrouve à Montmagny, avec six chaises disponibles.

Le Centre d'hébergement de soins longue durée de Chaufailles devrait voir sa première pelletée de terre soulevée au printemps, toujours selon le ministre de la Santé.

Publicité

Commentez cet article