Publicité
3 mars 2017 - 06:02

Adopte Inc., pour aider des entrepreneurs prometteurs

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Nicolas Duvernois est l’homme derrière Pur Vodka, la première vodka créée au Québec et qui a gagné la médaille de la meilleure vodka au monde. Le 2 mars, il était à Rivière-du-Loup pour donner une conférence organisée par la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup. Il a notamment parlé du projet Adopte Inc., un parrainage pour de jeunes entrepreneurs prometteurs.

«Adopte Inc., c’est mon bébé, une expérience unique pour des entrepreneurs de 18 à 39 ans», a mentionné M. Duvernois. Ce projet comporte quatre points : un salaire, une formation continue, un mentorat et une expérience sur un conseil d’administration. «100 % gratuit, c’est nous qui finançons, moi et mes deux partenaires, Anne Marcotte et Philippe de Gaspé Beaubien», a précisé l’homme d’affaires.

«Nous voulons propulser des entrepreneurs qui ont du potentiel et qui savent se vendre», a souligné M. Duvernois. Les «adopteurs», comme il appelle les gestionnaires d’entreprises qui acceptent de participer à cette belle aventure, sont des gens reconnus dans le monde des affaires. «Nous bâtissons ce pont entre des entrepreneurs à succès et ceux de la relève, je veux qu’ils se mélangent», a-t-il expliqué.

Le recrutement se fait dans toutes les régions du Québec. La première cohorte de 25 entrepreneurs a débuté le 25 octobre dernier. Cette expérience entrepreneuriale durera 12 mois. «On peut grandir, il y aura d’autres cohortes. Pour s’inscrire, il faut qu’ils me contacte directement», a précisé Nicolas Duvernois.

PUR VODKA

Pur Vodka est la troisième vodka la plus vendue au Canada, celle qui connait le plus de croissance. Au cours de la dernière année, 400 000 bouteilles ont été produites. «Nous travaillons sur le développement à l’international», a souligné l’homme d’affaires. Son parcours a d’ailleurs été parsemé d’embuches. Pour financer son projet, il lave les planchers dans un hôpital la nuit. Un obstacle de taille survient, la Société des alcools du Québec (SAQ) refuse dans un premier temps de vendre sa vodka. Il sent la fin de son beau rêve arriver, mais il fait une dernière tentative pour ne pas couler en inscrivant sa vodka au prestigieux concours de Londres. Il y obtient la médaille de la meilleure vodka dans la plus importante compétition avant même d’avoir vendu une bouteille de Pur Vodka. Environ cinq jours plus tard, il reçoit un appel de la SAQ.

Publicité

Commentez cet article