Publicité
19 février 2017 - 06:03

L’Entre-Jeunes de Rivière-du-Loup

Une période de transition qui passe par l’avenir

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

L’Entre-Jeunes de Rivière-du-Loup vivra, à la fin février, une nouvelle étape de son histoire, alors que son coordonnateur de toujours, Roch Rousseau, passera le flambeau à François Vaillancourt. Les deux hommes ont accepté de rencontrer Info Dimanche, afin de parler de l’organisme et de son avenir. 

Véritable lieu de vie pour les jeunes de la région, l’Entre-Jeunes fêtera ainsi ses 34 ans à l’été. Si les années passent, la mission de l’organisme, elle, ne change pas. Les besoins des 12-18 ans, non plus. 

«L’objectif, c’est de leur former un esprit critique et de les informer sur les impacts positifs ou négatifs de leurs choix. Notre travail, c’est aussi de les écouter», raconte Roch Rousseau, qui quittera bientôt pour une retraite bien méritée. 

Cette vision, développée et polie au cours de trois décennies par M. Rousseau, sa collègue Linda St-Cyr et l’équipe qui s’y est relayée, est aujourd’hui la base sur laquelle le nouveau coordonnateur, François Vaillancourt, souhaite s’appuyer afin de poursuivre, à sa couleur, le travail amorcé. Loin l’idée de changer une formule à succès, dont il a lui-même profité étant jeune adolescent. 

«Ce que j’ai appris, c’est que le jeune doit être au centre de nos préoccupations. Que nos services et nos choix doivent être faits pour eux (…) Nous ne sommes pas là pour être aimés, mais pour les aider, pour qu’ils deviennent des citoyens actifs et responsables», a partagé celui qui a étudié en travail social et qui a plus de 7 ans d’expérience concrète avec l’Entre-Jeunes.

SERVICES

Chaque année, on estime que plus d’un millier de jeunes différents se présentent à l’Entre-Jeunes de Rivière-du-Loup pour une visite unique ou régulière. Du mercredi au samedi, l’endroit est vivant, animé. C’est sans parler des périodes d’ouverture sur l’heure du midi, toujours très populaires, comme en font foi les 57 visites, mardi dernier. 

Beaucoup plus qu’un simple lieu physique, l’Entre-Jeunes présente aussi cette image de grande famille. C’est de nouvelles rencontres, des découvertes et des apprentissages, ensemble. «Depuis plusieurs années, nous participons à de nombreux projets comme la Gang allumée. L’Entre-Jeunes, c’est aussi l’apport important d’intervenants en travail de rue et l’organisation de plusieurs activités comme la chorale intergénération, à Noël», explique M. Vaillancourt. 

Certes, les derniers mois ont été consacrés à réaliser, en bonne et due forme, la transition importante de la coordination entre les deux hommes. Une fois celle-ci accomplie, on souhaite que le lieu puisse continuer son élan.  

«C’est certain que l’on souhaite continuer de développer le site Internet et notre présence sur les réseaux sociaux. On veut réaliser des capsules et des ateliers. Il faut suivre les nouvelles réalités et la technologie est aujourd’hui essentielle pour rejoindre les jeunes», ajoute François Vaillancourt, qui a lui-même que 24 ans. 

RESSOURCES 

Mais comme c’est malheureusement trop souvent le cas, le développement de projets demande des ressources, financières et humaines. Pour L’Entre-Jeunes, qui est financé notamment par le Programme de soutien aux organismes communautaires, l’un ne va pas sans l’autre. Actuellement, seulement deux temps pleins et un temps partiel sont à l’emploi. 

«Je demande des fonds pour engager une 3e ressource à temps plein depuis plus de 10 ans et c’est difficile. Mon plus grand souhait, c’est que ce soit confirmé avant mon départ. Cette 3e ressource est essentielle au développement futur de L’Entre-Jeunes», a confié M. Rousseau. 

ROCH ROUSSEAU 

Il est d’ailleurs impossible de parler de l’avenir de L’Entre-Jeunes, sans aborder, ne serait-ce que quelques instants, le travail qu’a réalisé le coordonnateur Roch Rousseau au cours des 33 dernières années. 

Louperivois d’adoption, l’homme originaire de Sherbrooke, a été impliqué dès le début dans ce projet ambitieux qu’était la création d’un endroit pour les jeunes à Rivière-du-Loup. Un projet essentiel à ses yeux. De ses propres mots, passionné, il n’a «jamais travaillé». 

«Je suis fier de tous les gens qui sont passés ici, ceux qui nous ont aidés, ceux qui ont grandi. Sans certaines personnes, tout ça n’aurait pas été possible (…) C’est le moment pour moi de tourner la page et de laisser la place à un autre. Je ne la laisse d’ailleurs pas à n’importe qui, je vous l’assure.»

Naturellement, Roch Rousseau souhaite maintenant prendre le temps. Gageons cependant qu’il ne sera jamais loin des jeunes et qu’il continuera, à l’image de l’Entre-Jeunes, de les inspirer et de les guider. 

 

Publicité

Commentez cet article