Publicité
19 février 2017 - 06:15

Marcher du Royaume-Uni à l’Italie

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Gilles Fraser et sa conjointe, Maryse Dickner de Saint-Épiphane, emprunteront la Via Francigena, une ancienne voie romaine reliant le Royaume-Uni à l’Italie en passant par la France et la Suisse. Leur marche s’étendra sur environ 2 000 kilomètres, et 120 jours.

«D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours marché. J’avais déjà fait Compostelle et marché dans les Pyrénées. Ça faisait quelques années que j’envisageais de parcourir la Via Francigena», explique Gilles Fraser, un grand amateur de plein air.

Pour Maryse Dickner et Gilles Fraser, le secret de la santé passe par l’activité physique, surtout après la retraite. «C’est un défi à relever, une envie d’aventure. Rendu à notre âge, il faut bouger. C’est une belle façon de s’évader, et d’observer la nature. On a encore le droit de se lancer des défis», rappelle Maryse Dickner. M. Fraser est âgé de 67 ans, alors que Mme Dickner sera âgée de près de 70 ans à la fin de leur voyage. Leur âge ne les freine pas, bien au contraire.

Ces deux passionnés de plein air et de marche se sont par ailleurs rencontrés alors qu’ils parcourraient le chemin entre Sainte-Anne-de-Beaupré et Gaspé à pied. «Ce qu’on aime surtout c’est aller à la rencontre des gens, en apprendre sur les différentes façon de vivre», précise Maryse Dickner.

La planification d’un tel périple s’étalant sur environ quatre mois a demandé près d’un an de préparatifs. «J’ai fait beaucoup de recherches sur les sentiers à emprunter, les guides d’hébergement le long de la route. C’est un peu moins structuré que Compostelle comme parcours», poursuit M. Fraser. Le contenu de leurs sacs à dos sera également minutieusement choisi et pesé, afin d’éviter tout poids inutile, qui peut rapidement se transformer en épine dans le pied des marcheurs.

Ils passeront entre autres par des villes fortifiées, verront des ruines datant de plus de 2 000 ans, et passeront tout près du mont Blanc, situé entre la France et l’Italie. «On doit faire preuve de discipline et être en forme. Certaines journées en Italie, nous devrons marcher de gros dénivelés à certains endroits. On se fixe un objectif de 25 kilomètres par jour, pour prendre le temps d’apprécier notre voyage», exprime M. Fraser. Ils s’entrainent, à raison d’environ cinq jours par semaine en vue de ce périple.

Ils prévoient partir de Montréal vers l’Angleterre le 2 juillet prochain. Ils traverseront par la suite la Manche en bateau, avant d’entreprendre leur périple. Leurs bottes de marche sont achetées, ainsi que leur billet d’avion. Il est possible de suivre leur aventure en ligne à www.gillesfraser.com.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • J'adore ça bon vouage !!!

    René - 2017-02-19 23:36