Publicité
28 janvier 2017 - 07:31

Le bâtiment du Musée du Domaine a-t-il un avenir?

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le bâtiment du Musée du Domaine à Pohénégamook a-t-il un avenir? Cette question est à nouveau sur les lèvres de plusieurs personnes. Denis Dumont, secrétaire-trésorier de la Fondation des jeunes mamans du Québec, en doute de plus en plus. M. Dumont a indiqué que la Fondation des jeunes mamans du Québec, qui s’occupe du bâtiment inutilisé aujourd’hui, pense même à sa démolition.

Rappelons que c’est l’homme d’affaires Charles E. Guérette qui a fait construire le Musée du Domaine pour en faire un lieu touristique avec comme attraction des voitures antiques. Un autre objectif de cette réalisation était de venir en aide à des jeunes mamans vivant des difficultés. «La Fondation n’a plus besoin du bâtiment, elle a donné l’an dernier, grâce aux intérêts du capital de son fonds, 100 000 $ au Québec dont 59 000 $ dans la région», a expliqué le secrétaire-trésorier.

Même avant son décès en mai 2013, M. Guérette avait fermé son musée. «Le bâtiment est inoccupé depuis 10 ans, soit en 2007. On se donne encore deux ans pour trouver un acquéreur», a précisé M. Dumont. Situé entre les pôles des quartiers Estcourt et Saint-Éleuthère, le Musée du Domaine a été offert à la Ville de Pohénégamook pour un dollar. «Nous payons 15 000 $ par année en taxes, soit 12 000 $ au municipal et 3 000 $ au scolaire. De plus, il nous en coute 1000 $ par mois pour chauffer le bâtiment et il y a aussi les assurances», a mentionné Denis Dumont.

«Nous n’avons pas fermé la porte, mais la Ville n’est pas rendue là. Les frais fixes sont lourds à supporter. Depuis 2013 des gens cherchent des projets et des pistes de solution», a mentionné Louise Labonté, mairesse de Pohénégamook. «Si un consortium de gens d’affaires serait intéressé, c’est la meilleure solution», a ajouté Mme Labonté.

Actuellement, il existe un certain litige entre la Fondation et la Ville. La corporation propriétaire du Musée du Domaine demande un crédit de 50 % pour les taxes payées comme c’est le cas pour les organismes sans but lucratif. «On nous répond que l’on ne fait pas nos activités de financement là-dedans», a indiqué Denis Dumont. Cette demande a été acheminée à la Commission municipale pour analyse. «Une audition devait avoir lieu la semaine prochaine mais elle a été annulée suite au désistement de la Fondation», a conclu Louise Labonté.

Publicité

Commentez cet article