Publicité
29 janvier 2017 - 11:49

Le Parti québécois du Bas-Saint-Laurent interpelle Jean d’Amour pour les agriculteurs

Participant au Conseil national à Québec, les présidents et les délégués des exécutifs du Parti québécois du Bas-Saint-Laurent ainsi que les députés Pascal Bérubé et Harold LeBel se sont réunis afin de faire le point sur les enjeux régionaux.

Les modifications du programme de crédit de taxes foncières agricoles ont retenu l’attention. «Il est temps que le ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent se manifeste dans ce dossier et qu’il appuie nos agriculteurs», estime le PQ.

Avec l’entrée en vigueur de la réforme du ministre Pierre Paradis, 83 % des agriculteurs subiront une hausse de taxe importante et que dans certains cas, les hausses dépasseront 50%.

«L’an dernier, nous avons mené la lutte auprès des acériculteurs afin que le ministre ne mettre pas en péril cette industrie. Cette année, ce sont tous les producteurs agricoles qui se butent à son entêtement et qui voient leur fardeau fiscal s’alourdir. Le ministre de l’Agriculture est incapable de maintenir un climat propice à la discussion et par son attitude, il met en péril le développement de l’agriculture au Québec», a souligné le président de l’exécutif du Parti Québécois du Bas-Saint-Laurent, Vincent Couture.

«À titre de ministre responsable d’une région agricole, nous souhaitons que M. D’Amour se positionne publiquement et intervienne en faveur des intérêts du Bas-Saint-Laurent. Il doit presser son collègue Pierre Paradis de reculer sur sa réforme», complète-t-il.

Lors du dernier Conseil national, la proposition principale qui sera étudiée au 17e congrès national du Parti Québécois qui aura lieu l’automne prochain à Montréal a été présentée aux délégués. Au cours des prochains mois, des congrès locaux et régionaux se dérouleront partout au Québec afin de consulter les membres sur la proposition principale. Pour le Bas-Saint-Laurent, le congrès régional aura lieu dans le comté de Rivière-du-Loup-Témiscouata au mois de mai.

Publicité

Commentez cet article