Publicité
24 janvier 2017 - 11:35 | Mis à jour : 26 janvier 2017 - 16:55

Témiscouata-sur-le-Lac a maintenant son centre d'études collégiales

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 11

Attendu depuis plus d'une trentaine d'années au Témiscouata, la création du nouveau centre d'études collégiales à Témiscouata-sur-le-Lac a été officialisée le 24 janvier par le député Jean D'Amour et la ministre de l'Enseignement supérieur Hélène David à l'école secondaire de Cabano.

Les élèves de partout au Québec pourront s'y inscrire dès le 1er mars. Trois formations y seront pour le moment offertes conjointement par les cégeps de La Pocatière et Rivière-du-Loup, soit Tremplin DEC, sciences humaines (Rivière-du-Loup) et éducation spécialisée (La Pocatière). Elles seront dispensées dès l'automne prochain. Pour les trois premières années, l'objectif de fréquentation a été fixé à 125 étudiants, dont une trentaine pour la première année, confirment Marie-Claude Deschênes, directrice générale du Cégep de La Pocatière et René Gingras, directeur du Cégep de Rivière-du-Loup.

«Ce sont les portes du Témiscouata qui s'ouvrent aux étudiants de partout au Québec. C'est un projet pour les jeunes et pour les familles de notre région. Nous avons la responsabilité d'en parler et d'en être les ambassadeurs», rappelle le député Jean D'Amour. Ce dernier a talonné la ministre Hélène David afin de permettre la création du centre d'études collégiales.

Gilles Garon, maire de Témiscouata-sur-le-Lac, a confirmé qu'une somme de 100 000$ allait être déboursée par la Ville afin d'appuyer financièrement cette initiative, et souhaite que d'autres localités se joignent au mouvement.

Le conseil des maires de la MRC de Témiscouata a adopté à l'unanimité le projet, en lui fournissant un montant de 225 000$, «On augmente la scolarisation des gens de chez nous. Le centre d'études collégiales, on y croit, et on le veut», a souligné le préfet de la MRC de Témiscouata, Guylaine Sirois.

Guilmond Pelletier, président de la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs s'est réjoui de cette annonce permettant de retenir les jeunes qui souhaitent poursuivre leurs études dans la région. «On ajoute un moyen, et une possibilité de rétention des étudiants au Témiscouata, avec cette antenne collégiale», a-t-il expliqué.

Un montant de 338 000$ a été accordé au Cégep de La Pocatière pour l'achat du mobilier, de l'équipement, et pour l'aménagement des locaux. Des sommes annuelles d'environ 63 800$ pour l'encadrement et la gestion du Centre d'études collégiales et de 40 000$ pour la location d'espace seront également octroyées pour les cinq prochaines années.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

11 réactionsCommentaire(s)
  • JE regarde la succès du Campus du Cégep de St-Jérome à Mont-Tremblant(ouvert en 2008 avec 100 étudiants). En 9 ans, il y a eu plus de 1 500 inscriptions.

    Ils ont débuté modestement (un Cheminement Tremplin DEC, et sciences humaines) et aujourd'hui 9 ans plus tard, ce campus offre en plus science de la nature et un programme tech de gestion et commerce)
    En plus de la Formation continue, Services aux entreprises et International.

    Eux aussi ont du passer outre aux éternels pessimistes qui trouveront toujours à redire sur tout et rien.

    Ah oui, Mont-Tremblant est à environ 75 Km au Nord de St-Jérome.

    G.Duquette - 2017-01-25 20:16
  • Comment croire qu'on va attirer des étudiants de l'extérieur avec ces 3 programmes ? A-t-on pensé aux profs qui voyageront pour donner ces cours, comme les administrateurs du CISSS voyagent d'ailleurs actuellement. Et la vie de campus ? L'accès à la piscine, à l'inter-collégial, à la bibliothèque...ETC...bref ce projet est capoté, c'est pour gonfler l'ego du député D'Amour point. Gaspille de nos taxes pour du picossage libéral. Quelle honte de scrapper ainsi nos impôts.

    Payeur de super taxes - 2017-01-25 16:32
  • @Lucide le Père,
    Toi qui connaît l'avenir, ton nombrilisme te fait dérailler.
    Ce qui est bon pour Pitou est aussi bon pour Minou.
    Que d'éléphants blancs à et tout autour de RDL subventionnés!
    Qu'il y en est peut être un ailleurs que dans ta Métropole, il n'est pas dit que celui-çi ne sera pas innovateur.
    En attendant, tu donnes l'impression d'avoir la vue qui baisse et que tu finiras par devoir changer de nom.
    Un DEC avec ça?

    L'arriéré - 2017-01-24 22:16
  • Bien sincèrement, j'ai du mal à comprendre comment l'on peut croire en un tel projet. En terme clair, voilà une autre belle démonstration de la mauvaise administration de nos finances. Je m'explique; si on additionne les finissants de l'école de Cabano et Dégelis ça fait quoi? +/- 90 étudiants. L'école du Trans inutile de la compter car les jeunes vont préférer aller à RDL versus la différence de temps et idem pour Squatec. Si parmi ces 80 étudiants le 1/3 préfèrent la FP et l'autre 1/3 s'exode pr une technique autre... AH oui, les étudiants de partout au Québec! nahhh Alors il reste que +/- 30 étudiants Max. Alors ma question: Comment l'on peut espérer 42 étudiants année ds de tels conditions? En conclusion, 1 182 000$ sur 5 ans pour une possibilité de 150 étudiants qd il y a déjà un cégep dans un rayon de 70 km ça me parait un tantinet cher payé la tête de pipe! Il serait plus profitable de payé une formation en comptabilité à nos élus... A Cabano évidemment!

    Administration - 2017-01-24 20:33
  • Quel beau coup politique de nos bons libéraux!... Il faut être une autruche pour y voir du positif. Trois options seulement et on attend une trentaine d'élèves pour la première année!... Quelle farce, alors qu'on sait qu'il faut au moins 15 étudiants minimum pour "ouvrir" un groupe et qu'on entend parler depuis quelques années qu'on va devoir fermer l'un ou l'autre des Cegep du BSL et de la Gaspésie par manque de candidats pour ouvrir des cohortes!....J'ai mon hos...de voyage...

    Gros-Loup - 2017-01-24 18:28
  • Il y a 20 ans, nous avions étudié cette possibilité. Elle a été rejetée car non utile, non rentable, une antenne à 50km du CEGEP central était utopique. Il y avait bien plus d'étudiants potentiels à cette époque. Est-ce aujourd'hui un autre coup politique des libéraux qui va coûter cher lorsqu'on réalisera, comme pour la santé et ses CISSS que c'était pure folie.

    Le vieux lucide - 2017-01-24 16:51
  • Encore une fois evidemment quand on parle du Témiscouata, il n'y en a que pour ceux qui sont autour de la 85/185...

    Claude - 2017-01-24 16:39
  • WOW!! On va garder nos jeunes par chez nous quelques années de plus, et la région va en accueillir d'autres!! Ça fait des revenus pour nos commerces!! Bravo!!!

    IS - 2017-01-24 15:08
  • Bonne idée, pendant ce temps, on ferme les écoles primaire par manque de clientèle au témis.

    Etoui - 2017-01-24 14:55
  • Pourquoi ajouter un cegep sur le territoire alors que ceux en place s'efforce pour attirer des élèves ?

    Questionnement - 2017-01-24 13:34
  • Un geste concret, un beau geste, qui démontre à la fois l'importance accordée à l'éducation et aussi aux "régions". C'est l'une des meilleures façons selon moi de maintenir, sinon d'accroître, la vitalité d'une région en incitant les jeunes à demeurer dans leur milieu de vie. On s'enracine souvent dans la ville où l'on a étudié. Bravo à tous les intervenants dans ce dossier.

    Madame Coucou - 2017-01-24 12:36