Publicité
14 décembre 2016 - 15:45 | Mis à jour : 16:44

Institut de la statistique du Québec

Portrait de la vitalité économique au KRTB

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 3

Alors que certaines municipalités du KRTB figurent parmi les municipalités québécoises où l’activité économique est la plus soutenue, d’autres, au contraire, se positionnent en bas de classement. C’est l’une des principales conclusions que l’on peut tirer de la plus récente étude de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) sur la vitalité économique. 

Le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire a demandé à l’Institut de la statistique du Québec de concevoir et de produire un indice permettant de mesurer, à une fréquence régulière, le niveau de vitalité économique des 1100 municipalités québécoises. 

Cet indice rassemble trois indicateurs, à savoir le taux de travailleurs, le revenu total médian des particuliers et le taux d’accroissement annuel moyen de la population sur cinq ans.

Ainsi, selon les plus récentes données de 2014, Saint-Modeste (90e), Saint-Alexandre (160e), Saint-Antonin (192e), Saint-Arsène (281e), Cacouna (315e) et Rivière-du-Loup (384e) sont celles qui sont les mieux classées dans le Kamouraska, Rivière-du-Loup, le Témiscouata et les Basques. 

Concrètement, Rivière-du-Loup a obtenu ce rang en raison de son taux important (73 %) de travailleurs dans la tranche d’âge de 25-64 ans. Notons également que le salaire moyen des Louperivois est de 30 300 $, une hausse d’environ 600 $ avec les données de 2013 avec lesquelles la Ville se classait 377e. 

FIN DE CLASSEMENT

Si certaines municipalités du territoire font tout de même bonne figure, d’autres sont victimes d’un indice de la vitalité économique plutôt faible. Celles-ci sont majoritairement situées dans les MRC des Basques et du Témiscouata, classées respectivement 99e et 94e sur les 104 MRC québécoises. La MRC de Rivière-du-Loup se retrouve tant qu'à elle en milieu de peloton, soit au 53e rang. 

Saint-Honoré-de-Témiscouata (895e), Sainte-Françoise (950e), Lac-des-Aigles (987e), Rivière-Bleue (1006e), Saint-Guy (1069e), Sainte-Rita (1070e) et Saint-Médard (1079e) font par exemple partie du 5e quintile des municipalités québécoises, alors que Témiscouata-sur-le-Lac (662e), Pohénégamook (774e) et Saint-Jean-de-Dieu (789e) sont dans le 4e quintile. 

L’ISQ note d’ailleurs que les localités qui présentent un indice de vitalité économique faible sont généralement de petite taille, sont éloignées des grands centres urbains et se caractérisent par une population relativement âgée. Elles connaissent un déclin démographique important, en plus d'afficher un revenu total médian des particuliers et un taux de travailleurs largement plus faible que dans les autres localités.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • St-jesn-de-Dieu. 784 e rang!!!! Mon Dieu. Amenez-nous l'usine de granules de bois, l'usine de crème glacée des Basques, on vs certainement atteindre le rang 300!!!! Dire que nous avions l'allure de ville en 1970!!!

    Denis - 2016-12-15 12:39
  • J'aime bien l'idée à Richard!

    Le bonheur national brut!

    Heureux dans les Basques - 2016-12-15 09:57
  • J'aimerais bien, maintenant, qu'on mesure l'indice de bonheur de chacune des 1100 municipalités du Québec.

    Richard - 2016-12-14 17:24