Publicité
14 décembre 2016 - 10:45

Jean D’Amour : annonces économiques et dossiers en développement

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le député de Rivière-du-Loup–Témiscouata, Jean D’Amour, dresse un bilan positif du travail accompli lors de la dernière session parlementaire, notamment du côté du développement de l’économie de la région.

On retient entre autres, pour la région, un investissement de 2,2 M$ au parc national du Lac-Témiscouata pour l’asphaltage sur 5 km de la route d’accès au parc national pour faciliter l’accessibilité de tous les types de visiteurs à ce territoire protégé. Un montant de 1 M$ a été attribué à des entreprises agricoles des circonscriptions de Rivière-du-Loup–Témiscouata et de Côte-du-Sud dans le cadre du Programme de soutien au drainage et au chaulage des terres afin d’améliorer la productivité et de revaloriser les terres possédant un potentiel de culture. Plus récemment, un investissement de 5,2 M$ à l’usine Prelco a été annoncé pour l’acquisition d’un four à convection de haute performance lui permettant d’accroitre sa capacité de production de vitrages trempés et laminés. Par ailleurs, notons qu’un montant de 300 000$ a également été attribué pour le remplacement d’équipements à bord du traversier l’Héritage I à Trois-Pistoles. Jean D’Amour souligne qu’au cours de la dernière année, 21 annonces ont été effectuées au Bas-Saint-Laurent, totalisant 35 M$ d’investissement.

À VENIR

M. D’Amour estime que plusieurs projets sont toujours en développement, notamment le CHSLD de Chauffailles, annoncé en 2015, qui devrait se rendre en appel d’offres au cours de la prochaine année, l’antenne collégiale au Témiscouata et la libération des corridors pour la construction de l’autoroute 85.

Dans le cadre de l’implantation de la Stratégie maritime dans la région, Jean D’Amour confirme que le comité local du port de Gros-Cacouna a beaucoup cheminé. «J’ai demandé la production d’une étude indépendante sur les bélugas, puisqu’on doit statuer. Je souhaite qu’elle nous permettre de trouver des alternatives afin de développer ce secteur». Le gouvernement s’était engagé, en juin dernier, à financer jusqu’à 70 % des dépenses associées à la réalisation du plan de développement de la zone industrialo-portuaire de Cacouna, et ce, jusqu’à concurrence de 125 000 $.

Le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata croit avoir fait tout ce qui était en son pouvoir pour la réalisation du Carrefour maritime dans le secteur de la Pointe de Rivière-du-Loup. «Nos analyses sont terminées. Le financement passera par un programme d’infrastructures divisé en trois tiers, entre le gouvernement du Québec, du Canada et le milieu», confirme-t-il. Un bilan qui se rapproche énormément de celui qu’il dressait en décembre 2015.

Ce dernier affirme que pour la prochaine année, ses efforts seront concentrés sur l’aide aux entreprises, afin de leur permettre à la fois d’innover et d’exporter.

Publicité

Commentez cet article