Publicité
9 décembre 2016 - 15:03 | Mis à jour : 16:35

Une mauvaise surprise pour les citoyens de Sainte-Françoise

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

En juin, la municipalité de Sainte-Françoise, dans les Basques, a eu le malheur de découvrir un déversement important d’hydrocarbures dans l’un de ses réservoirs d’eaux usées. Résultat, certains citoyens seront prochainement contraints de payer une taxe spéciale estimée à près de 700 dollars afin d’aider la municipalité à couvrir les frais liés à la situation.

«Lors d’une des vidanges annuelles de nos réservoirs, on a remarqué qu’une importante quantité d’hydrocarbures s’était déversée. C’était vraiment saturé. À ce moment-là, on a agi et on a communiqué avec Campor et le ministère de l’Environnement», a expliqué le maire, Jean-Yves Belzile.

Comble de malheur, la source du déversement n’a pas été découverte, et ce, malgré les tests et les recherches effectuées par l’entreprise de Rivière-du-Loup. «Est-ce que c’est en lien avec un accident de la route, le bris d’un réservoir d’huile quelque part? On ne le sait pas, on a jamais pu le déterminer (…) C’est vraiment dommage, mais il fallait faire avec cela.»

Des travaux ont donc été effectués par étape entre le mois de juin et l’automne afin de corriger la situation. Le système d’égout a été nettoyé de fond en comble à la pression. La facture se serait élevée à environ 85 000 $. «Évidemment, cette somme n’était pas budgétée, ce n’était pas couvert par les assurances et il nous était impossible de faire un règlement d’emprunt», a regretté le maire. «On a donc créé une taxe spéciale.»

Concrètement, les citoyens qui sont usagers du réseau d’égout de la municipalité seront contraints de payer cette taxe qui s’élèvera à près de 700 $. Une nouvelle qui tombe bien mal à quelques jours de Noël.

Néanmoins, selon M. Belzile, la municipalité a été transparente avec ses citoyens dès le début de cette mésaventure. Elle espère naturellement que ce sera un cas isolé et que les citoyens qui sont témoins de quoi que ce soit en lien avec cette histoire communiquent avec elle.

Publicité

Commentez cet article