Publicité
5 décembre 2016 - 06:45

Le Québec fait front commun dans le dossier du bois d’œuvre résineux

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le 30 novembre dernier, le gouvernement du Québec, l’industrie forestière et les municipalités ont fait front commun pour réclamer du gouvernement fédéral de l’aide afin de faire face aux droits compensateurs exigés par les Américains dans le conflit du bois d’œuvre résineux.

Plus précisément, ces trois groupes demandent au Canada l’élaboration d’un programme de garantie de prêt pour permettre aux exportateurs québécois et canadiens de bois d’œuvre résineux de continuer à avoir accès au marché américain.

Selon le président-directeur général du Conseil de l’industrie forestière, André Tremblay, «il s’agit de l’unique moyen permettant aux entreprises de faire face aux droits compensateurs élevés qui seront injustement imposés par les États-Unis et de traverser la période, souvent longue, de contestation devant les tribunaux compétents». La décision du Département du commerce américain concernant la plainte du lobby des producteurs américains de bois d’œuvre ne sera pas rendue avant la fin du mois d’avril 2017.

Pour sa part, le négociateur en chef pour le Québec dans ce dossier, Raymond Chrétien, est aux États-Unis cette semaine pour défendre les intérêts québécois. De plus, le 8 décembre, le gouvernement réclame une rencontre avec la ministre fédérale du Commerce international, Chrystia Freeland.

488 M$ POUR LE SECTEUR FORESTIER

Rappelons que lors du Forum Innovation Bois tenu le 31 octobre dernier à Rivière-du-Loup, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, a annoncé des investissements de près de 488 millions de dollars pour appuyer le secteur forestier.

Parmi une quarantaine de mesures, M. Blanchette a dévoilé un montant de 38 M$ pour l’innovation dans l’industrie des produits du bois, sa modernisation et sa transformation. Il a également annoncé la mise en place du nouveau programme Innovation Bois (22 M$ jusqu’en 2021). De plus, le Fonds Valorisation Bois (FVB) offre maintenant une solution aux scieries québécoises qui veulent financer leur projet de modernisation, le Prêt modernisation. Le FVB a été créé grâce à une collaboration entre le gouvernement du Québec et le Fonds de solidarité FTQ.

Publicité

Commentez cet article