Publicité
15 novembre 2016 - 10:41 | Mis à jour : 12:02

Apparence de collusion : une maladresse avant tout

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 15

Le volet anticollusion dans les contrats d’organismes publics a fait échouer deux entreprises de la région, Servlinks et Gigrafe, à un appel d’offres pour la refonte du site web de la Ville de Rivière-du-Loup. De nombreux questionnements sont ainsi soulevés.

Au delà de l’apparence de collusion, le manque d’informations et de formation à propos des contrats d’organismes public semble être au cœur de la problématique. Le 14 novembre, les deux soumissionnaires ont été rejetés par le conseil de ville en raison de la non conformité de leurs documents. Le contrat a finalement été octroyé à l’Agence Web Locomotive de Montréal.

«Les deux soumissionnaires contribuaient l’un à l’autre, en sous-traitance. Ils ne l’ont pas dénoncé. Ce n’aurait pas été grave si les deux entreprises n’avaient pas déposé une soumission», explique le directeur général de la Ville de Rivière-du-Loup, Jacques Poulin.

Hugo Dubé, propriétaire de l’entreprise Servlinks, concède que des erreurs ont été commises dans les formulaires. «C’est de bonne guerre. On fait de la programmation, mais on donne le design graphique en sous-traitance. Gigrafe ne fait pas de programmation, on collabore. On accepte la décision, ce n’est pas de la fraude qu’on voulait faire, seulement une collaboration», explique-t-il. M. Dubé soutient toutefois qu’il envoie régulièrement des soumissions à l’extérieur de la région pour des contrats, et que le formulaire d’appel d’offres pour la refonte de ce site web était particulièrement complexe, contenant une centaine de pages.

«On trouvait que le terme ‘’collusion’’ était fort, mais on a pas le choix, en vertu des documents. C’est dommage pour ces deux firmes locales. C’est plus une maladresse de leur part. On constate que nos entreprises locales ne sont pas bien formées pour les règles d’adjudication de contrats publics, on va travailler là-dessus au cours des prochains mois», soutient M. Poulin.

Plusieurs citoyens présents à la séance du conseil ont toutefois considéré ce rejet comme une claque au visage de la politique d’achat local qu’on instaure petit à petit à la Ville de Rivière-du-Loup.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

15 réactionsCommentaire(s)
  • @PDrayaf depuis quand un DEC est gage de compétence? Si j'ai 7 certifications dans 5 technologies reconnues par l'ISC/MS/VMware et 15 ans d'experience, mais j'ai pas de précieu DEC....suis-je un débutant non-spécialiste???

    PLS - 2016-11-19 23:37
  • @Claude
    Ouf!, votre sens de l'éthique me souffle!!
    Manifestement vous n'y connaissez rien en processus d'appel d'offre; sachez qu'il y a des règles strictes à respecter qui ne se résument pas à une demie page d'un "cahier d'écoliers"; et ce même en ce qui concerne la possibilité d'un second appel d'offre. Votre façon de procéder est digne des années Duplessis, et encore...
    Votre commentaire est quand même fort édifiant et malheureusement je crois que plusieurs citoyens ont la même opinion que vous!

    aL - 2016-11-18 08:27
  • Je trouve ça dommage que les donneurs d'ouvrages publics de la région, permettent la réception de soumissions d'entreprises de régions éloignées. Dans bien des domaines on a l'expertise régionale, et bien souvent on perd des contrats pour des montants minimes. Entre donner un contrat de 50 000$ à une entreprise de Montréal, ou 51 000$ à une entreprise de RDL ou Rimouski, le choix est facile.

    Même si on mentionne ''La ville de s'engage pas à accepter la plus basse soumission, etc...''', on s'entends que c'est toujours le plus bas soumissionnaire qui l'emporte s'il est conforme.





    Pistolois - 2016-11-17 16:55
  • @aL

    En temps normal ces appels d'offre se terminent par une phrase formulée à peu près comme ci: "La Ville ne s'engage à accepter ni la plus basse ni aucune des soumissions reçues."

    Ensuite sans dire le prix tu explique à ceux non conforme ce qui n'a pas fonctionné et tu repart en appel d'offre. Et en prime habituellement tu te retrouve avec des soumissions plus basse au 2e appel...

    Claude - 2016-11-17 07:54
  • Désolant d'entendre Louis Deschênes et Gilles Lebel à la radio. Je crois que vous devriez engager des recherchistes ou plus simple de vous informer sur un processus de soumission. Ce que Gilles Lebel propose de favoriser le local est carrément de la collusion. La ville doit respecter certaines règles .... et donner un chèque lors d'une soumission.... on appele ça un cautionnement !!! Tout à fait normal lors d'un dépôt de soumission . Encore très désolant d'entendre à la radio autant de fausseté!! Faites des recherches!!

    Le surveillant du nord - 2016-11-16 16:57
  • À ceux qui pense que la Ville aurait du annuler l'appel d'offre et recommencer le processus..., on appel cela du favoritisme et de l'abus de pouvoir et ce faisant les responsables auraient mérité une plainte à l'UPAC (et éventuellement des poursuites criminelles) en plus de poursuites civiles contre la Ville faites par le soumissionnaire conforme qui aurait été écarté indûment...

    aL - 2016-11-16 15:48
  • Ce que j'ai entendu a la radio ce matin:
    Soumission de RDL: environ 45 000$
    Soumission de MTL: 80 000$.............

    Pas besoin d'aller plus loin dans mon commentaire. Completement ridicule.

    El. - 2016-11-16 11:36
  • Pauvres petits citoyens qui chialent sur tout et qui pensent que la ville est dans l'erreur en donnant des contrats à des entreprises de l'extérieur. Qui êtes vous pour juger de ce geste? vous qui achetez à l'extérieur le plus souvent possible, en allant magasiner à Québec et également par internet.....il faut bien connaître ce dossier avant de critiquer. Toutes les soumissions doivent être conformes et il y a des règles à respecter. Pour ma part, je sais qu'à Rivière-du-Loup, il y a quelques personnes qui se sont improvisées comme des "spécialistes" en informatique et qui ne possèdent même pas un D.E.C. dans cette discipline......je ne parle pas à travers mon chapeau en disant cela....je l'ai constaté par moi-même.

    Pierre M. Drayaf - 2016-11-16 08:21
  • Ce n'est pas uniquement l'achat local qui compte. Les firmes locales doivent se démarquer dans le produit qu'ils présentent et offrir une solution équivalente au marché.

    Même si il n'y avait pas eu de collusion, il est possible qu'une agence de l'extérieur remporte tout de même l'appel d'offre puisque leur document présenté était de plus grande qualité et a eu un plus grand pointage.

    Et pour répondre à Open, les appel d'offres de moins de 100 000$ Incluant taxes n'ont pas à être soumis au SEAO, il s'agit dans ce cas ci d'une appel d'offre sur invitation ce qui concorde avec les règles en vigueur au Québec. Certaines municipalités et Ville utilisent toutefois le SEAO pour tous les appels d'offres de plus de 25 000$

    Je ne connais pas l'agence locomotive mais pour avoir fait mes devoirs et regarder leur projet récent, en autre avec la Ville de Val d'Or, je peux vous dire qu'on aura une super plateforme web à Rivières du Loup.

    Le loup - 2016-11-16 06:55
  • Qu'est ce qu'ils diraient nos édiles, si on ouvrait les candidatures aux postes de la mairie à travers la province ? Peut-être en aurions nous des plus dynamiques et compétents !

    open - 2016-11-15 17:31
  • Ou est l'annonce de cet appel d'offre ? Il n'y a pas que deux compagnie a Rivière-du-loup. J'ai beau chercher je ne trouve pas cet appel d'offre nulle part. Ils sont supposé passer par le site internet https://www.seao.ca/ et on ne la trouve pas.

    Tommy Turcotte - 2016-11-15 15:36
  • L'achat local certain!! parlez-en à chambre de commerces qui se paye pour son gros shows prestigieux Marie-Eve Janvier! encourageons le talent local ! Geneviève Joncas Marie-Claude Durand Sylvain Bureau Daniel St-Pierre Sylvain Dionne et David Falardeau étaient pas disponible ? #AchatLocalMonOeil Monsieur dubé prés de la chambre de commerce qui sait pas comment répondre à un avis public ? ayoye. La ville qui retourne pas en appel d'offre pour site made in montreal... ayoye. ses deux la se vallent croyez moi.

    Attaboy - 2016-11-15 15:16
  • Cela n'aurait pas été plus simple d'annuler l'appel d'offre et de recommencer au lieu de donner le contrat à une entreprise de l'extérieur de notre région? Apres on se plaint que nos entreprises ont de la difficulté et qu'il faut encourager le local...la cohérence est ou dans ce discours?

    Isabelle - 2016-11-15 14:54
  • Ce qui est surtout dommage c'est que c'est une entreprise de Montréal qui va faire le site de la ville... ville qui prône le développement local, mais qui au final ne montre pas l'exemple

    Marc-Antoine - 2016-11-15 13:20
  • Évidemment, on ne met pas l'emphase sur le fait que la politique d'achat locale n'est pas respectée ni mise de l'avant par la ville. Ce n'est pas étonnant..!

    Gaby - 2016-11-15 11:06