Publicité
9 novembre 2016 - 16:40

Aide aux personnes handicapées

La Ressource forcée de cesser certaines activités au KRTB

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Faute d’aides financières suffisantes, La Ressource d’aide aux personnes handicapées du Bas-Saint-Laurent, Gaspésie, Iles-de-la-Madeleine est contrainte de mettre fin à ses services dans certaines régions, dont le KRTB, jusqu’à la fin de l’année financière.

Dans un communiqué envoyé le 9 novembre à l’ensemble des médias de la région, la Ressource explique que les régions du KRTB et de la Matanie sont davantage touchées, puisque ce sont les secteurs où il est le plus difficile d’effectuer des campagnes de financement. Les fonds amassés en 2015-2016 ont étés épuisés. L’année financière se terminera le 30 avril 2017.

«Il est à noter que ce n’est pas par manque de volonté, mais bien parce que nous n’avons pas les moyens financiers d’embaucher du personnel pour l’organisation d’activités de financement », peut-on lire.

Concrètement, ce sont tout près de 200 personnes handicapées, ainsi que leur famille, qui seront touchés par cet état de fait. Une situation devant laquelle les membres de la Ressources «manifestent leurs inquiétudes et leurs mécontentements».

Selon l’organisme, des démarches de recherches de financement sont réalisées en parallèle avec la tenue de la campagne de financement annuelle. Malheureusement, les problèmes financiers sont récurrents depuis plusieurs années. «En avril dernier encore une fois nous avons fait part de nos difficultés au CISSS du Bas St-Laurent et avons reçu une fin de non-recevoir de leur part.» On souhaite maintenant être entendu, «que le Ministère de la Santé et des Services Sociaux reconnaisse l’importance de notre organisme dans nos régions».

La Ressource d’aide aux personnes handicapées du Bas-Saint-Laurent, Gaspésie, Iles-de-la-Madeleine, créée en 1997, est un organisme qui offre à 1200 personnes handicapées et leurs proches des services essentiels au maintien de leur autonomie.

 

Publicité

Commentez cet article