Publicité
7 novembre 2016 - 14:12 | Mis à jour : 17:35

Une Stratégie maritime payante soulignent les libéraux

Info Dimanche

Par Info Dimanche, web@infodimanche.com

Toutes les réactions 1

Pas moins de 16 mois après son déploiement, la Stratégie maritime du gouvernement libéral de Philippe Couillard a généré près d'un milliard de dollars d’investissements dans le cadre de 103 projets privés. Un succès qui n'a pas manqué de réjouir le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D’Amour.

Ces résultats sont issus d'une étude d'impact économique réalisée par l'Institut de la statistique du Québec. Du côté des retombées, on note la création de 2 800 emplois directs et près de 2 200 emplois indirects liés à des «initiatives confirmées» dans le cadre de la Stratégie maritime.

«De tels chiffres indiqueraient que nous sommes en excellente posture pour atteindre la cible de 30 000 emplois directs à l’horizon 2030. Dans ce contexte, on peut affirmer que la Stratégie maritime est également une stratégie de l’emploi. Cela nous motive, plus que jamais, à poursuivre son déploiement, de concert avec tous les acteurs du milieu», s’est réjoui le ministre.

LES CHIFFRES

Les chiffres entourant le déploiement de la Stratégie maritime, seize mois après son lancement, font état de 103 initiatives confirmées, totalisant 1,16 milliard de dollars d’investissements. De cette somme, près de 266 millions viennent du Gouvernement du Québec, le reste provenant de partenaires privés et publics.

Cette centaine d’initiatives couvre les différents secteurs du domaine maritime que sont le tourisme, le transport, les pêches et l’aquaculture, l’innovation ainsi que l’environnement et est répartie dans l’ensemble des régions du Québec.

Pour en savoir plus, consultez l’étude en cliquant : ICI.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Si la stratégie maritime des libéraux a été payante, ce qui n'est pas prouvé. En effet, non seulement le Chantier Maritime de la Davie à Lévis n'a pas été retenu par Ottawa pour des contrats de navires de guerre, de Navires de la Grade Côtière ou de Brises-Glace, on entend dire que la Flotte de Brise-Glace sont dans un tel état, que les entreprises industriels sont grandement inquiètes.

    Ce serait catastrophique pour l'image du Canada et du Québec, si jamais un ou des navires commerciaux était bris dans les glaces du St-Laurent ou du Saguenay. Cela briserait la confiance des pays qui viennent de signer l'accord de libre-échange Canada / UE.

    Ça prend un minimum de 5 ans pour construire un Brise-Glace et Justin Trudeau ne semble pas plus pressé que dans le dossier de la SÉRIE-C de Bombardier. A SUIVRE.............

    André Mainguy - 2016-11-07 16:55