Publicité
3 novembre 2016 - 10:46 | Mis à jour : 15:51

Rue des Cèdres : Gilbert Dion souhaite la tenue d’un référendum

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 9

L’injonction de la Cour supérieure interdisant la poursuite des travaux de la rue des Cèdres à Saint-Arsène a été levée, ce lundi 31 octobre. Devant ce nouveau revers, le citoyen Gilbert Dion, des Entreprises Lavoie-Dion, souhaite maintenant la tenue d’un référendum auprès des citoyens, explique une lettre envoyée aux citoyens.  

Ainsi, après bientôt trois semaines d’interruption, les travaux pour le prolongement de la rue des Cèdres ont recommencé le mardi 1er novembre à Saint-Arsène. La municipalité avait été mise au courant la semaine dernière que le ministère de l’Environnement, à la suite de son analyse, se rangeait derrière le jugement de la Cour supérieure rendu en avril qui donne le droit à la Municipalité d’effectuer son projet.  L’ordre de la juge de lever l’injonction a finalement été confirmé en début de semaine. 

«On espère maintenant pouvoir en finir avec ce débat-là qui n’en finit plus», a commenté Mme Bérubé, tôt le 3 novembre. 

La municipalité pourra ainsi exécuter ses travaux, qui consistent à abattre les arbres et étendre du gravier avant l’hiver, tel le prévoyait son plan initial. Ceux-ci devraient se terminer au début décembre. 

RÉFÉRENDUM

En entrevue téléphonique ce jeudi, Mme Bérubé a également avancé que Les Entreprises Lavoie-Dion, propriété notamment de l’homme d’affaires Gilbert Dion, souhaitent maintenant la tenue d’un référendum sur la question de la rue des Cèdres. Ce désir a été émis dans une lettre écrite, envoyée à l’ensemble des citoyens le 31 octobre. 

Dans celle-ci, on explique que Gilbert Dion serait prêt à «céder un terrain à la Municipalité en vue de permettre la mise en place d’un rond de virée au bout de la rue actuelle, ce qui comporterait des coûts minimes de mise en place». Cette idée, ajoutent les soussignés, permettrait aussi d’éviter plusieurs problèmes associés, selon eux, au projet de prolongement : frais élevés, hausse de taxes à prévoir, sécurité, destruction d’un écran (boisé) naturel qui contre les vents forts d’hiver, etc.

«Pour tous ces motifs, dont particulièrement le retour à l’harmonie collective, nous croyons qu’il est temps que les citoyens de Saint-Arsène se prononcent sur la continuité ou non de ce dossier conflictuel», est-il écrit. Ils proposent un choix entre «la continuité de la rue des Cèdres» ou «l’installation d’un rond de virée». 

Selon la loi sur les élections et les référendums dans les municipalités, l’organisation d’un référendum doit être demandée par un conseiller via une résolution. Fort à parier que la prochaine séance du conseil municipal sera donc attendue. 

DOMMAGES-INTÉRÊTS

Par ailleurs, la lettre envoyée en début de cette aura permis d’apprendre que la Municipalité de Saint-Arsène a intenté un recours en dommages-intérêts contre les soussignés pour «leur réclamer les couts inhérents à l’injonction obtenue de la Cour supérieure». Les signataires reprochent que cette décision ait été prise sans que les conseillers municipaux en soient informés. La municipalité n’a toujours pas retourné notre appel concernant ce dossier. 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

9 réactionsCommentaire(s)
  • La décision a été prise il y a plusieurs années déjà! Même en 1978 il en parlait alors vous deviez bien vous attendre à cela vous aussi, ça n'a jamais été une cachette. Un référendum ça ne tient pas la route, il ne faut pas s'acharner, aussi il faut contribuer au développement de la communauté. Un moment donné il faut comprendre et aller dans le même sens pour le bien de tous. Ils vous ont même offert de faire un rond point et de passer les tuyaux et vous avez refusé alors vous vous battez pourquoi? Beaucoup d'offres vous ont été offertes. Votre famille dit avoir été victime, je crois qu'avoir pris ce projet-là de façon personnel est ici une erreur à ne pas faire. Vous êtes un bon Monsieur M. Dion, les gens de St-Arsène qui ne pensent pas comme vous ne vous en veulent pas personnellement, à présent on peut que vous remercier de maintenant prendre part au développement de notre village. On aura une belle rue et des nouvelles familles pourront y résider et notre autobus pourra y circuler sans danger pour nos enfants. Soyez donc fier d'y avoir contribué même si ce fût difficile pour nous tous.

    Résident de la rue des Pins - 2016-11-07 12:25
  • Que de perte d'argent et de temps pour une petite municipalité.... Beaucoup de perte de taxes depuis de nombreuses années et encore pour années å venir car pas de nouvelles constructions encore.... Des offres? Il y en a eu sur la table. Arrêtez M.Dion de dire des mensonges aux gens. On passe maintenant de milieu humide å: Vitesse sur cette future rue et fort vent.... Voulez vous rire des gens de St-Arsène? Ca ne sera pas différent que la rue des Pins..... Il est grand temps d'aller de l'avant..... Et pourquoi un référendum aujourd 'hui?????? C'est vraiment ridicule!

    Emile - 2016-11-06 17:28
  • @Gilbert Dion

    Je crois M. Dion, que vous devez vous poser la même question en regardant ce que vous faites subir et dépenser à vos concitoyens de Saint-Arsène. Si la société s'en va à la même place que vous, ce sera un acharnement et des troubles perpétuels. Pour votre santé, c'est dommage, mais arrêtez si vous voulez vous en sortir car vous vous causez la majeure partie de vos troubles de santé. Trop, c'est comme pas assez. Y a-t-il encore des gens qui vous parlent à Saint-Arsène, qui vous regardent en face ?

    M. Dion, dans la vie de tous les jours, il faut se dire qu'il y a toujours pire que soi: des gens et même des jeunes enfants qui meurent du cancer ou d'une autre maladie grave ou dégénérative pour lesquels il n'y a aucun espoir, il y a des gens qui font faillite, qui perdent tout, qui ne retrouvent plus d'emploi à la suite de ces événements, il y a des gens dont leur maison et tous les biens possédés se sont envolés en fumée à cause d'un incendie et je pourrais vous en nommer sans arrêter sans oublier les milliers de personnes qui meurent de faim dans le monde. Tous, ils sont à plaindre, tous sont détruits par ces marques indélébiles pour toute leur vie, on éprouve plus que de la compassion pour eux car la grande majorité ne sont pour rien dans les malheurs qui leur arrivent. M. Dion, pour vous et votre famille, tournez la page et remettez-vous à bâtir pour votre bien et celui de tous. Lâcher prise peut être courageux aussi.

    Citoyen MRC - 2016-11-06 14:58
  • Je tiens à préciser que notre fils Mathieu a témoigné ci-dessous d'une partie de ce que nous avons vécu depuis les neuf dernières années et il a raison sur chacun des aspects soulevés. Vous savez qu'une Municipalité s'est acharné sur notre famille de façon totalement déraisonnable durant neuf longues années, allant même jusqu'à nuire à notre santé. Or, Mme Francoeur qui témoignez haut et fort que la Municipalité nous poursuive en dommages intérêts démontre que vous n'avez aucune idée de ce que nous avons pu vivre, ce qui est désolant. Alors, ma déception est profonde pour ce type de réflexion et pour les autres réflexions négatives qui témoignent d'un manque de compassion total à notre égard. Où sommes-nous comme société ?
    Gilbert Dion

    Gilbert Dion - 2016-11-04 16:57
  • Je suis d'accord avec les propos de monsieur Dubé, j'espère que la municipalité pourra se faire rembourser tout les frais dommage et intérêts que ce conflit à engendrer.

    Brigitte B. Francoeur - 2016-11-04 14:17
  • M. Gervais Dubé, votre manque d'empathie et de jugement me désole. On vous exproprie sans vous faire d'offre au préalable, on construit une rue (projet fortement contesté d'ailleurs au départ, on peut très bien débattre de l'intérêt public) sur votre jardin, on vous charge 70 000 $ pour les services d’aqueduc et d'égout alors que vous n'êtes pas promoteurs et que vous voulez protéger votre boisé, on vous insulte et vous menace parce que vous osez défendre vos ''droits''(s'il en existe réellement) et votre intégrité, et vous, M. Gervais Dubé, vous trouvez cela ''juste'' et plein de bon jugement ? Permettez moi d'être extrêmement déçu de votre raisonnement.

    Mathieu Lavoie-Dion - 2016-11-04 14:12
  • Oui mr gervais dube, vraiment vrai ce que vous avez dit que cela finisse peur avoir du vent fort vitesse harmonie et bien cela a detruit beaucoup de gens ensemble et meme des familles cela serait une superbe de belle rue cest absolument normal qu un village se developpe ils ne demeure pas en campagne qu elle entetement coriance et les couts un referendum encore des couts cela va durer encore combien de temps c est assez on est ecoeurer faites la cette rue tant desirer pour plusieurs.

    francine dube - 2016-11-03 20:04
  • Comme je l'ai déjà dit, en 1978 celui qui m'a vendu mon terrain avait déjà projeté qu'il y aurait une rue au nord de la mienne et s'était entendu avec les 2 autres propriétaires! Ce qui se passe à St-Arsène c'est que les gens aiment pas la chicane et ceux qui sont pour la rue évitent de se prononcer de peur de faire de la peine à une connaissance ou à un voisin! M.Dion a toute une terre en bas de la côte jusqu'à la route 20; perdre un petit bout de rue est une bien plus petite perte que l'entrave au développement future de toute une municipalité! En plus ceux qui sont pour le développement ne font pas du porte à porte avec des propos souvent erronés pour mettre de la pression sur les gens et sur le conseil municipal! Il faut que cà cesse| assez c'est assez nous ne voulons pas d'un référendum!

    Gervais Dubé - 2016-11-03 17:53
  • MAIS voyons donc. On peux tu passer aux choses sérieuses. Quelle histoire innocente d'un petit village avec son ti bout de rue. Vous nous faites bien rire. On construit des maisons. Et qu'on en finisse

    Sam - 2016-11-03 11:27