Publicité
3 novembre 2016 - 06:55

Offrir un emploi et un milieu de vie aux personnes immigrantes

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 1

Les 13 et 14 octobre dernier, trois intervenantes de la MRC de Rivière-du-Loup étaient à la Foire nationale de l’emploi de Montréal pour offrir des emplois et un milieu de vie aux chercheurs et plus particulièrement aux familles immigrantes.

Elles avaient plus particulièrement dans leurs bagages 22 postes à combler dans cinq entreprises : Tourbières Berger, Soucy industriel, X Métal, Martin portes et fenêtres de même que Premier Tech. «Nous partions avec des postes bien détaillés et nous avons remis 80 curriculums vitae à ces entreprises», a noté Darlène Caron, agente de développement au CLD de la MRC de Rivière-du-Loup. «Nous regardions aussi d’autres beaux profils de chercheurs d’emploi, nous connaissons bien les besoins des entreprises de la région et nous leur ramenons des CV», a précisé Mme Caron.

«Cette présence au Salon fait partie d’une stratégie globale de promotion du milieu de vie de la MRC de Rivière-du-Loup. Elle était financée par le CLD et Emploi-Québec», a noté Marie-Josée Huot, directrice générale du CLD. Stéphanie Jeanne Bouchard, agente de développement à l’immigration au CLD, et Mélanie Gagnon, agente de migration à Univers Emploi, ont accompagné Darlène Caron à Montréal. «La MRC de Rivière-du-Loup est présente à des Foires de l’emploi à Montréal à l’automne et au printemps de chaque année, pour y positionner notre MRC comme milieu de vie. Ces opportunités sont rares, nous le faisons pour amener de nouveaux résidents, de nouveaux travailleurs», a précisé Mme Huot.

FAMILLES IMMIGRANTES

«On y voit de tout, mais nous travaillons davantage pour attirer des familles, c’est plus sûr en terme de rétention», a souligné la directrice générale. De plus, les familles immigrantes sont particulièrement ciblées. «Ces travailleurs qualifiés ne sont pas dans la même catégorie que les réfugiés. La MRC de Rivière-du-Loup offre à ces familles une région très intéressante avec une belle qualité de vie pour des enfants. Depuis 10 ans, la MRC de Rivière-du-Loup a accueilli 650 personnes immigrantes dont 150 enfants qui sont inscrits dans nos écoles», a mentionné Stéphanie Jeanne Bouchard. Ces immigrants proviennent de près de 30 nationalités et l’âge moyen est dans la trentaine.

«Avec le vieillissement de la population et la baisse démographique, il faut positionner notre région, être visible. Il y a toujours des gens intéressés à vivre autre chose que la vie urbaine de Montréal», a noté Mme Huot. Concernant les personnes immigrantes, elles sont généralement arrivées au Québec dans les cinq années précédant leur établissement en région. «Il y a des gens qui sont venus étudier au Québec, d’autres immigrants qui sont arrivés seuls pour travailler et rejoints par la suite par leur conjointe ou leur conjoint, c’est du cas par cas», a ajouté Mme Bouchard.

ACCOMPAGNEMENT

Ce n’est pas tout de déceler ces nouveaux travailleurs, qu’ils soient immigrants ou de jeunes Québécois diplômés prêts à venir s’établir dans la région s’ils y trouvent un emploi. «Nous offrons un service d’accueil et de suivi, afin de diminuer les inquiétudes. Ce n’est pas offert dans toutes les régions. Notre comité d’accueil est composé de trois personnes qui travaillent sur l’attractivité de la MRC de Rivière-du-Loup», a mentionné Marie-Josée Huot. «Il fonctionne en synergie avec les employeurs, c’est un avantage pour les entreprises», a conclu Darlène Caron.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Si les personnes çi-haut nommées travaillaient aussi fort à garder nos locaux qui quittent la région pour les grands centres comme Montréal et Québec, probablement que leur action serait inutile.
    Faut quand même pas croire que la survie de nos entreprises reposent avant tout essentiellement sur la venue de ces immigrants qui, nous le savons tous, préfèrent se regrouper et vivre en ville où les opportunités sont multiples pour toute la famille.

    Observateur - 2016-11-03 09:54