Publicité
15 octobre 2016 - 11:51 | Mis à jour : 12:11

Consultations sur la réussite éducative

Une concertation inévitable au Bas-Saint-Laurent

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 2

Petites écoles, multiples niveaux, organismes communautaires grandement impliqués en périphérie de l’école, milieux parfois défavorisés, c’est ce que le ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, retient de la réalité éducative du Bas-Saint-Laurent dans le cadre des consultations gouvernementales sur la réussite scolaire.

«Dans notre état des lieux, il ne faut pas oublier de faire le tour de cela. Il faut s’assurer que tous les organismes soient aussi bien arrimés avec l’école et système d’éducation, ils font partie de la solution», souligne M. Proulx.

Il a souligné également qu’on ne doit pas faire les choses au Bas-Saint-Laurent comme on les réalise à Québec, Pont-Rouge ou Donnaconna. Il suggère donc une modulation pour répondre aux différents défis régionaux. «Il faut laisser un espace pour l’autonomie et la souplesse localement», affirme-t-il.

Une réflexion est également amorcée lors de ces consultations publiques à propos de la mobilité des élèves qui choisissent la formation professionnelle, afin de les attirer en région. «On doit trouver comment outiller chacune des régions avec des formations qui sont attirantes pour les jeunes et qui répondent au besoin d’emplois locaux», estime le ministre. Ce dernier souhaite également que l’offre soit complémentaire dans chacune des commissions scolaires afin d’éviter qu’elles ne se battent entre elles.

Les consultations publiques sur la réussite éducative se déroulent jusqu’à la fin du mois de novembre dans différentes régions du Québec. Une consultation nationale se déroulera en décembre, le point culminant de cette démarche.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Ici à Témiscouata sur le Lac quartier NDDL on rêve de rénover un vieil aréna au coût de 14 000 000$ (je dit bien RÉNONÉ , MISE AUX NORMES??? au coût de 14 000 000$)??? Près de cet aréna il n'y a que 12O élèves de nivau primaire, on se demande comment faire pour attirer de nouvelles familles, on parle de sports-études, on parle de bâtir une nouvelle ville intelligente, lorsqu'on me parle de tout ça je me dit que des infrastructures sportives serait bien mieux près d'une polyvalente près de 600 élèves (école primaire G. Collin incluse)? La réalité d'une ville fusionné est tel qu'il faut éliminé ce qui est en double et se construire une ville, une nouvelle ville! L'aréna à côté de la polyvalente ne correspond plus elle aussi aux besoins de cette nouvelle ville, il pourrait y avoir ds ces vieil aréna du quartier Cabano ou NDDL un garage que nous n'aurions pas besoin de payer et de nul besoin de dézonage agricole... Une réorganisation scolaire sa passe aussi pas là, faisons les bons choix maintenant pour un avenir meilleur, pour le bien de nos enfants et de nous tous!

    Charlotte Caron - 2016-10-16 18:41
  • Va-t-on enfin réinventer les vielles méthodes ?

    pedago - 2016-10-15 16:48