Publicité
14 octobre 2016 - 06:56 | Mis à jour : 10:03

Consultations gouvernementales sur la réussite éducative à Rivière-du-Loup

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, participe à la journée de consultation publique sur la réussite éducative qui a lieu aujourd’hui, le 14 octobre, à l’Hôtel Universel de Rivière-du-Loup.

«Cette consultation publique se veut un lieu d’échanges et de discussions. On a le droit d’avoir des idées qui sortent de la boite», a expliqué le ministre en matinée.

La première moitié de la journée, divers organismes, commissions scolaires et syndicats feront entendre leur vision de la réussite éducative ou déposeront un mémoire à ce propos au ministre.

«Les transitions entre les écoles, du préscolaire au primaire, au secondaire, au Cégep sont des fossés à combler par des passerelles», a soulevé M. Proulx. Afin de favoriser la transition des bancs d’école au marché du travail, une piste d’action de rendre obligatoire le cours d’éducation financière au dernier cycle du secondaire est une avenue qui sera discutée. Accroitre la mobilité des élèves en formation professionnelle vers les régions fait aussi partie de ce plan.

«Le Québec rend peut-être fous nos enfants. Des examens qui s’échelonnent sur plusieurs jours en fin d’année pour des élèves du primaire. Pour ceux qui vivent de l’insécurité ou qui ont des difficultés d’apprentissage, laissez-moi vous dire que c’est tout un défi. Certaines épreuve finales valent pour 60% de l’année scolaire», a exprimé Édith Samson, présidente de la Commission scolaire Kamouraska-Rivière-du-Loup. Elle a également souligné l’importance de valoriser le travail des enseignants, et la pertinence de mieux les former sur le développement global des enfants qui souffrent d’handicaps ou de difficultés d’apprentissage.

INTERVENANTS

Les commissions scolaires Kamouraska-Rivière-du-Loup, du Fleuve-et-des-Lacs, des Monts-et-Marées et des Phares exprimeront tour à tour leur vision de la réussite éducative et les points à améliorer en avant-midi.

Trois syndicats du milieu de l’enseignement de la région de la Mitis, du Grand-Portage et le Syndicat des professionnels de l’éducation du Grand-Portage se feront également entendre.

Six organismes ont répondu à l’invitation du ministre, soit le COSMOSS, Pro-Jeune-Est, Je raccroche, CLEF Mitis-Neigette (alphabétisation), la Maison des familles de Rimouski-Neigette, et l’Association de la déficience intellectuelle de la région de Rimouski.

La présidente du Syndicat de l’Enseignement du Grand-Portage Nancy Bérubé et sa collègue de la Mitis Martine M.-Cliche ont tenu à rappeler les impacts sur le milieu de l’éducation des mesures d’austérité. «Tous les jours, nous constatons, dans les établissements scolaires, les conséquences des compressions. Il y a un manque de ressources, pourtant les besoins sont croissants, notamment pour l’aide aux élèves en difficulté». Elles demandent de la part du gouvernement un réinvestissement significatif en éducation pour en faire une priorité.

 

Publicité

Commentez cet article