Publicité
12 octobre 2016 - 06:02

Premier Bal des princesses au Témiscouata

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

La Reine des neiges sera au Témiscouata le dimanche 13 novembre prochain pour participer au premier Bal des princesses, un évènement organisé par la Fondation de la santé du Témiscouata.

«Nous voulions une activité pour rejoindre les enfants et un évènement qui profite aux mamans et aux bébés», a souligné Louyse Desrosiers, directrice générale de la Fondation. Les profits serviront à l’achat d’équipement pour le service d’obstétrique et à la jeunesse du Témiscouata. «Nous avons un objectif très conservateur de 100 personnes, nous sauterions de joie à 200. C’est très difficile à prédire puisqu’il s’agit d’une première édition», a-t-elle ajouté.

Le Bal des princesses aura lieu de 13 h à 17 h à l’Hôtel 1212 de Dégelis. Le cout du billet est de 40 $, valide pour une princesse ou un prince et son accompagnateur. Danse, salon de coiffure, bricolage, maquillage, manucure et défilé seront au programme, le tout accompagné par un léger gouter et gâteries. On peut se procurer des billets au 418-899-0214, poste 10291.

Les petites filles sont invitées à se transformer en princesse en revêtant leur plus belle robe ou leur costume de bal. «Pas nécessairement besoin d’être costumée, elles n’ont qu’à mettre leur plus belle robe, avec du maquillage et tout le reste on va en faire des princesses», a noté Mme Desrosiers.

Michel Bastille, président de la Fondation de la santé du Témiscouata, a souligné que la dernière année avait été très bonne pour l’organisme qui a battu son record d’argent amassé avec un montant de 200 000 $.

DES MÉDECINS POUR TOUS

Il y a à peine cinq ans, le Témiscouata manquait de médecins, un problème sérieux, mais la situation est maintenant à son mieux. «Nous sommes pratiquement à effectif complet, à un ou deux médecins près», a indiqué Dre Marie-Claude de Brouwer, activement impliquée dans le Bal des princesses.

Au cours de la dernière année, cinq médecins ont procédé à 94 accouchements au Centre hospitalier de Notre-Dame-du-Lac. «Des femmes ont encore le réflexe d’aller à l’extérieur, mais on a ce qu’il faut, le personnel et les équipements. Quatre médecins pratiquent des accouchements et deux chirurgiennes sont disponibles au cas où ça tournerait mal. Nous avons une excellente équipe et un service un peu plus familial», a expliqué Dre de Brouwer.

Il n’y a pas qu’en obstétrique où tout va bien. Les omnipraticiens sont également au rendez-vous. Les seules personnes qui n’ont pas de médecin de famille sont celles qui n’ont pu être rejointes par le réseau de la santé. On nous a indiqué qu’au cours des cinq dernières années, les jeunes médecins ont choisi davantage les régions comme le Témiscouata. La nature et les avantages financiers liés aux régions éloignées sont deux facteurs qui ont contribué à attirer de jeunes médecins au Témiscouata.

Publicité

Commentez cet article