Publicité
9 octobre 2016 - 10:07

OPTILAB : le syndicat des professionnels de la santé en guerre

Toutes les réactions 1

L'APTS, organisation syndicale représentant la vaste majorité des technologistes médicales au Québec, annonce qu'elle prendra au cours des prochains jours des mesures juridiques sans précédent afin de défendre ses membres contre le projet OPTILAB, qui vise à centraliser dans une poignée d'établissements serveurs toutes les analyses en laboratoire de la province. 

«Depuis près de trois ans, nous demandons des éclaircissements sur la méga réorganisation des laboratoires. Nous avons été tenues dans l'ombre jusqu'à la semaine dernière, quand, à quelques heures d'avance, nous avons été cavalièrement convoquées à des rencontres tenues simultanément partout au Québec, s'indigne Carolle Dubé, présidente de l'APTS. «Nos membres ont alors appris qu'elles allaient soit être transférées à des kilomètres de distance, soit carrément perdre leur poste. Plusieurs d'entre elles vont également changer d'employeur. Cette manière brutale et inhumaine de travailler avec les employées et leurs syndicats est inacceptable.»

MÉTHODE BARRETTE

Pour l'APTS, la méthode Barrette consiste à faire fi des syndicats et à se passer de consulter leurs membres. «Il s'agit d'une stratégie antisyndicale délibérée et coordonnée à partir des bureaux du ministère de la Santé et des Services sociaux afin d'entraver notre travail, s'insurge Carolle Dubé. Les technologistes médicales ont le droit d'être informées sur des réformes qui les frappent de plein fouet. Nous entendons faire respecter ce droit. » 

Conséquemment, l'APTS :

  • déposera massivement des griefs en vertu du non-respect des lettres d'entente #1 et #7 de la convention collective; 
  • déposera une plainte au Tribunal administratif du travail en vertu de l'article 12 du Code du travail, qui stipule clairement qu'un employeur ne peut pas entraver le travail des syndicats; 
  • contestera la fusion des laboratoires. 

«M. Barrette a signé la convention collective de ses propres mains. Il sait pertinemment qu'il doit nous consulter», de conclure la présidente de l'APTS.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Notre maire pourrais nous appuyer. ....Il nous faut des job pour payer les taxes

    Isa - 2016-10-09 18:02