Publicité
21 septembre 2016 - 14:49 | Mis à jour : 22 septembre 2016 - 11:56

L'APTS presse la PDG du CISSS du Bas-Saint-Laurent à défendre son personnel

Info Dimanche

Par Info Dimanche, web@infodimanche.com

Devant les membres du conseil d'administration du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent réunis à Matane le mercredi 21 septembre, Sylvain Lirette, porte-parole de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), a exhorté la présidente-directrice générale (PDG) du CISSS, Isabelle Malo, à prendre la défense de son personnel et des services à la population.

«Depuis la rentrée, j'ai rencontré nos membres un peu partout sur le territoire et je constate qu'au sein des équipes le niveau de découragement, de détresse, voire de colère, est sans précédent», a déclaré le porte-parole syndical.

«Les réformes improvisées, les opérations de centralisation et les compressions imposées par le ministre Barrette ont un effet destructeur dont il sera difficile de se remettre : pression administrative, multiplication des gestionnaires, atteinte à l'autonomie professionnelle, dégradation des conditions de pratique, abolition de postes et diminution de services à la population… Les gens ne savent plus pour qui ils travaillent : le ministre ou les patients? Nous demandons à notre PDG de s'opposer aux directives menant à un véritable saccage de notre réseau de santé et de services sociaux!»

Selon l’APTS, les exemples de détérioration des conditions de pratique ne manquent pas. «Les laboratoires sont en pleine réorganisation avec l'implantation du projet centralisateur OPTILAB; l'équipe en radio-oncologie s'inquiète de l'ouverture prochaine d'un autre centre de traitement à Lévis alors que leur département est sous surveillance ministérielle; les services psychosociaux seront en partie transférés dans les groupes de médecine de famille (GMF); les nutritionnistes sont débordées en raison du manque de ressources; les psychologues et les orthophonistes, dont l'autonomie professionnelle est remise en cause, lorgnent du côté de la pratique privée; les équipes de réadaptation ainsi que du soutien à domicile redoutent la tendance à privatiser et à confier aux organismes communautaires les services aux personnes âgées; les organisatrices communautaires peinent à répondre aux attentes, faute de ressources; des kinésiologues sont mises en disponibilité malgré d'importants besoins; les listes d'attente s'allongent pour les personnes aux prises avec des problèmes de dépendance; le travail social développé dans un établissement d'enseignement professionnel est suspendu», souligne-t-on par voie de communiqué.

«Jusqu'où dévalera-t-on cette pente descendante?», s'inquiète Sylvain Lirette. Ce dernier invite Mme Malo à se solidariser avec ses employés et la population du Bas-Saint-Laurent.
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





infodimanche.com se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, infodimanche.com collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.