Publicité
12 septembre 2016 - 06:32

Les fournisseurs de services et les instances municipales s’assoient à la même table

Le jeudi 8 septembre cinq des grands fournisseurs de services cellulaire au Québec, les représentants des députés provinciaux et des quatre MRC de la circonscription ont répondu positivement à l’invitation du député fédéral Bernard Généreux.

Le but de la rencontre était de présenter des pistes de solution explorées par deux organismes et regroupements canadiens et de poursuivre le combat mené par le Comité pour un service cellulaire équitable de l’Islet.

Dans son mémoire remis aux audiences du CRTC le 20 avril dernier, le député de Montmagny—l’Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup faisait valoir que sur le territoire de sa circonscription, la problématique de la couverture cellulaire est flagrante. «Le service est présentement non sécuritaire car il n’est pas reconnu comme essentiel » a-t-il défendu.

Ce manquement est vécu sévèrement par les citoyens et les entrepreneurs. En contrepartie, les entreprises de communication qui s’aventurent dans ce marché, à moins d’obtenir un appui financier gouvernemental suffisant, plaident ne pas rentabiliser leur investissement, en tenant compte du nombre de clients potentiels et de leur dispersion.

Pour faciliter le transfert de l’information entre les intervenants, une rencontre s’est tenue à Montmagny le 8 septembre. Les expériences vécues par les organismes Aide-Tic (Agence Interrégionale de développement des technologies de l’information et des communications) au Saguenay et RREO (Réseau régional est ontarien) en Ontario ont été partagées aux élus et aux compagnies de télécommunication.

«Il est convenu d’affirmer que nous devons travailler de concert les uns avec les autres. Nul ne peut prétendre avoir une solution unique. Aussi, le cumul des aides potentielles doit être dirigé vers les infrastructures pour minimiser les coûts des services à offrir à la population» soutient Bernard Généreux.

Le député est satisfait de l’amorce de discussion et entend poursuivre ses démarches auprès de différents ministères dont celui de l’Innovation, Sciences et Développement économique Canada qui devrait annoncer sous peu un programme en lien avec l’économie du numérique.

 

Publicité

Commentez cet article