Publicité
3 septembre 2016 - 17:59 | Mis à jour : 18:07

Le «skateparc» est inauguré

Info Dimanche

Par Info Dimanche, web@infodimanche.com

Toutes les réactions 2

C’est ce samedi que le tout nouveau parc pour planche à roulettes, situé sur la rue Frontenac, à deux pas de la maison l’Entre-jeunes a été inauguré. Pour l’occasion, Frank April, athlète reconnu des X Games Real Snow et originaire de Notre-Dame-du-Portage, était sur place. Une présence qui n’est pas passée inaperçue.

Ce parc s’inspire d’une forte tendance, la « plaza », soit une grande place avec des obstacles, qui s’harmonise parfaitement au paysage urbain.

Conçu pour répondre aux besoins des utilisateurs à roulettes, cet espace au fort caractère urbain, dans un milieu fermé et sécuritaire, a été réalisé au cout de 250 000 $ avec des matériaux qui sauront résister au temps et aux chocs des roulettes.

Pour le maire Gaétan Gamache, «nous voulions doter la ville d’un véritable parc, digne de ce nom, et il faut se dire : mission accomplie. Bravo au service d’ingénierie, à tous ceux qui ont contribué à la réalisation de notre nouveau parc qui fera beaucoup d’heureux, j’en suis convaincu.»

Ce projet s’inscrit dans la volonté de la Ville d’embellir ce quadrilatère, cette zone urbaine qui dispose déjà d’équipements dignes d’intérêt. Aussi, le parc pour planche à roulettes mettra encore davantage le secteur en valeur.

Et puis, surtout, rappelle M. Gamache, «ça correspond à notre philosophie, en lien avec notre politique de la pratique sportive et de la vie active. C’est donc une invitation à nos jeunes, aux amateurs des activités à roulettes. Faites-vous plaisir et faites-nous plaisir en l’utilisant aussi souvent que possible!»

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Photos du parc SVP!!

    Rodney - 2016-09-06 19:06
  • Si la Ville souhaite mettre en valeur ce coin de la Ville, qu'elle initie la la réfection de l'intersection Frontenac/St-Pierre en collaboration avec le CEGEP.
    Cette endroit est un coupe-gorge pour tous ceux qui y circule et au bas d'une côté escarpée en plus.
    Un pavillon obligeant des centaines d'étudiants à traverser la rue en tout temps et à travers autos, bicycles en plus, est une aberration de premier ordre.

    Observateur - 2016-09-03 21:19