Publicité
31 août 2016 - 06:54

2016, une bonne année pour la Distillerie Fils du Roy

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 1

L’année 2016 s’avère bonne pour Jonathan Roy, copropriétaire de la distillerie Fils du Roy de Saint-Arsène. Après avoir obtenu la médaille d’or à une compétition internationale pour son gin Thuya, voilà que son spiritueux sera un produit régulier sur les tablettes de la Société des alcools du Québec (SAQ).

M. Roy a présenté son gin Thuya au «San Francisco World Spirits Competition 2016» où il a gagné la médaille d’or. «Il y avait 5000 distilleries sur place. Il s’agissait d’une dégustation à l’aveugle, donc le jugement est fait sur le gout. Cela nous permet de nous assurer que nos spiritueux s’ajustent au marché», a commenté le distillateur de la région.

«De plus la semaine dernière nous avons reçu une bonne nouvelle de la SAQ, le gin Thuya (45% d’alcool) sera un produit régulier sur les tablettes. Nous venons de livrer 1200 bouteilles. D’ici deux à trois semaines, il devrait être plus disponible au Bas-Saint-Laurent», a mentionné Jonathan Roy. Auparavant, son gin était un produit de spécialité faisant en sorte que le distillateur recevait une commande de temps en temps, environ quatre mois.

Distillerie Fils du Roy a trois produits sur les tablettes de la SAQ. On y retrouve également une vodka, la Grande Bagosse d’Al Capone, à 40% d’alcool. La Courailleuse, une boisson à base d’herbes (absinthe) qui a un taux d’alcool de 72%, a aussi été acceptée par la Société. «Nous avons livré plus de 20 000 bouteilles de ces trois produits jusqu’à maintenant», a précisé Jonathan Roy. «Pour la Grande Bagosse d’Al Capone, nous commençons à avoir un engouement. Elle est faite à partir de seigle et d’orge du Bas-Saint-Laurent, elle a un gout du terroir d’ici. Nous avons livré 5000 bouteilles de notre vodka. Quant à la Courailleuse, nous avons augmenté la récolte des herbes de nos jardins, nous pensons en produire quatre fois plus. L’an dernier, nous avons eu 300 bouteilles d’absinthe, cette année on en vise 1200» a expliqué le distillateur.

Jonathan Roy et Hélène Dumont, sa conjointe, entendent développer un autre produit au début de l’année 2017, un pastis (boisson alcoolisée parfumée à l’anis). Pour Jonathan Roy, qui travaille quatre jours par semaine chez Premier Tech, les soirs et les fins de semaine sont bien remplis. «Il y a aussi les enfants, nous essayons de concilier tout ça», a-t-il conclu. Son objectif à plus long terme est cependant d’avoir un seul travail, sa distillerie.

Publicité