Publicité
29 août 2016 - 06:52

Jours de rentrée les 30 et 31 aout

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 2

À la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs, la rentrée scolaire aura lieu les 30 et 31 aout pour les 2 921 élèves et 750 membres du personnel dans les différentes écoles des MRC des Basques et de Témiscouata.

«C’est stable, nous notons cinq élèves en moins au secondaire et une légère diminution de neuf au préscolaire et primaire», a précisé Bernard D’Amours, directeur général. Comme pour les autres commissions scolaires, les chiffres officiels du ministère seront connus le 30 septembre.

Au niveau du personnel, la Commission scolaire compte 600 employés réguliers et environ 150 à temps partiel. Son budget de l’année scolaire 2016-2017 s’élève à 58 millions de dollars. Pour l’équilibrer, le ministère a autorisé la Commission scolaire à puiser une somme de 327 000 $ dans son surplus accumulé. Les contribuables ont d’ailleurs reçu leur compte de taxes scolaires récemment. «Il y a une augmentation moyenne de 0,669% par rapport à l’an dernier. Pour une propriété évaluée à 100 000 $, cela représente 2 $ d’augmentation sur un compte de 305 $» a expliqué M. D’Amours.

Parmi les nouveautés, la Commission scolaire a maintenant deux maternelles quatre ans temps plein, à Pohénégamook et à Rivière-Bleue. «Nous avions droit à deux», a précisé le directeur général.

Bernard D’Amours entrevoit l’année scolaire sur une note positive : «Nous avons un taux de décrochage scolaire à 7,7%, dans les plus bas au Québec. De plus, notre niveau de diplomation est supérieur à 80%.»

La formation professionnelle demeure le grand défi de la Commission scolaire du Fleuve-et-des-Lacs. «Nous sommes inquiets pour l’avenir. Nous avons une baisse importante et nous espérons toujours pouvoir offrir les programmes Charpenterie-menuiserie et Conduite d’engins de chantier en voirie forestière qui sont offerts en collaboration avec d’autres commissions scolaires. Nous avons demandé une rencontre avec le ministre. De plus, Jean D’Amour, notre député-ministre comprend bien la situation», a mentionné le directeur général.

Publicité