Publicité
12 août 2016 - 06:58

Club Appalaches : le parc éolien Nicolas-Riou améliorera l’accès aux terres publiques

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 4

L’implantation du parc éolien Nicolas-Riou dans la MRC des Basques marque le début d’un nouveau chapitre dans l’histoire du Club Appalaches et de ses droits superficiaires sur les terres publiques dans la région des Basques.

«Les nouveaux chemins qui vont être construits pour le parc vont certainement faciliter l’accès aux terres qui sont occupées par des bâtiments et des membres du Club Appalaches», soutient Jean-Jacques Viens, autrefois notaire et citoyen de Trois-Pistoles. Il estime toutefois qu’il y a encore du travail à faire pour régler ce dossier et dénonce ce qu’il considère comme une injustice pour les citoyens des Basques.

«La solution finale est l’expropriation des propriétés qui sont situées sur les terres publiques pour lesquelles les membres ne paient pas de bail. Ils ont des privilèges et un traitement de faveur qui datent d’une autre époque», croit-il. Jean-Jacques Vien portait le flambeau des Amants du territoire public des Basques, une association créée en 2010 qui s’assurait de la promotion de l’occupation du territoire public.

«Présentement, il faut trouver une formule de cohabitation entre les occupants du Club Appalaches et les travaux qui seront effectués pour le parc éolien Nicolas-Riou. Tout cela se déroule sous le sceau de la confidentialité», a précisé le préfet de la MRC des Basques, Bertin Denis.

Ce dernier souligne qu’à travers les années, les gens des Basques se sont habitués à ce que le territoire ne soit pas accessible, puisqu’étroitement surveillé par le Club Appalaches. «La terre est publique, le nom le dit. On ne peut pas nous empêcher d’y aller. La seule chose qui appartient aux membres de ce club privé, ce sont les droits exclusifs de chasse, de pêche et de trappage. Le projet éolien de la MRC devient un puissant allié pour rétablir l’ordre des choses», précise M. Denis.  

Le Club Appalaches occupe environ 150 kilomètres carrés de terres publiques situées dans les Basques, près des municipalités de Sainte-Françoise, Saint-Médard et Saint-Mathieu-de-Rioux. Les membres sont propriétaires d’une trentaine de constructions et de chalets installés sur des terres publiques, sans toutefois payer de loyer au ministère des Ressources naturelles. Il lui est interdit par la Loi de restreindre l’accès au territoire public avec l’aide de barrières ou de quoique ce soit destiné à entraver une voie d’accès.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

4 réactionsCommentaire(s)
  • @Bravo

    tu as tout à fait raison. j'ai eu la chance d'être invité de nouveau au club appalaches. j'y ai donc passé quelques journées dernièrement. je peux vous dire que j'ai croisé personne durant ces belles journée ensoleillées. Le projet avant bien. les chemins seront bientot fini. je comprends mal pourquoi les éoliennes sont si éloignées une des autres. me sembles ca couterait moins chere de les regrouper comme on voit dans les autres pays

    Jo Blow - 2016-09-06 09:13
  • C'est pas parce que c'est possible d'aller dans le bois que les gens ont le goût d'y aller.

    Bravo - 2016-08-23 09:42
  • Il va y avoir des belles grosses éoliennes à aller voir

    Jo - 2016-08-21 22:49
  • En quoi c'est une nouvelle??
    ça faisait trop longtemps qu'on avait pas blasté le club appalaches?

    "rétablir l'ordre des choses" comme si c'était la pagaille sur le territoire.

    Jo blow - 2016-08-15 14:11