Publicité
12 juillet 2016 - 11:50 | Mis à jour : 12:12

Lobbyisme

Premier témoignage au procès de Cindy Simard et Christian Lévesque

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 12

Le procès de Cindy Simard et Christian Lévesque, actionnaires de l’équipe de hockey les 3L de Rivière-du-Loup, relativement à la Loi sur la transparence et l’éthique en matière de lobbying, a repris le 12 juillet au palais de justice de Rivière-du-Loup.

Le maire de la Ville Gaétan Gamache a témoigné le 12 juillet concernant trois rencontres qui ont eu lieu avec les deux accusés en 2014. Il a expliqué que deux documents régissent les relations établies entre le club de hockey et l’administration municipale, soit le protocole d’entente spécifique avec les 3L et le cadre de gestion du Centre Premier Tech, valide pour tous les organismes qui y tiennent des activités.

La première rencontre, tenue le 9 avril 2014 s’était avérée plutôt cordiale, selon le premier témoin. Ce dernier a rencontré les actionnaires au poste de télévision CIMT, dirigé par Cindy Simard. «Ils ont dit que ce serait ‘’le fun’’ que la Ville aide le club de hockey», a-t-il expliqué. Il a remis la demande au directeur général Jacques Poulin, au terme de cette réunion.

Le 12 mai 2014, une seconde rencontre a eu lieu avec Christian Lévesque et Cindy Simard, cette fois en présence d’élus, avant la séance en plénier dans la salle du conseil. «C’était plus émotif, je l’ai perçu comme un cri du cœur», a commenté Gaétan Gamache.

De nombreuses demandes avaient alors été formulées relativement au montant déboursé pour la publicité sur la zamboni (environ 5 000$), la gestion de la bière au Centre Premier Tech et un montant d’argent à investir, situé entre 10 000$ et 12 000$. La Ville n’avait pas donné de réponse positive à Mme Simard et M. Lévesque à la suite de ces demandes.

La 3e et dernière rencontre avait eu lieu cette fois dans le bureau du maire, le 3 juin 2014, qualifiée par le maire de «tendue et désagréable». Gaétan Gamache avait d’entrée de jeu déploré la visite à trois reprises d’un journaliste de la station de télévision CIMT, qui posait des questions en lien avec le club de hockey les 3L de Rivière-du-Loup. «Je n’étais pas content que l’on mêle travail journalistique et club de hockey», a-t-il avoué. Leurs demandes ont été mises par écrit, mais la Ville a décidé de garder le statuquo, et de ne pas fournir d’aide particulière aux 3L.

Rappelons que sept constats d’infractions ont été émis à l’endroit de Cindy Simard (4 dossiers) et Christian Lévesque (3 dossiers), respectivement présidente et administrateur du Club de hockey 3L (2010) inc, à la suite des conclusions d’un rapport d’enquête produit par le Commissaire au lobbyisme du Québec le 20 mars 2015. Trois jours ont été réservés pour la durée de ce procès.

Les activités de lobbyisme auraient été faites auprès de la Ville de Rivière-du-Loup, concernant le financement de l'organisation, sans qu’ils ne soient inscrits au registre des lobbyistes, contrevenant ainsi à l’article 25 de la loi. Pour chaque constat d’infraction, ils s’exposent à une amende minimale de 500$.

Publicité