Publicité
1 juillet 2016 - 06:37

Évaluation des frayères à touladis au lac Témiscouata

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

L’Association Chasse et Pêche du Témiscouata pilote un gros projet afin de déterminer et d’évaluer la qualité des frayères à touladis au lac Témiscouata. René Gauvin, qui est à l’origine de cette initiative pour l’Association, a expliqué à Info Dimanche qu’il se réalise sur 5 ans et nécessite un investissement de 350 000 $.

«Ce projet de recherche sur le lac Témiscouata a été initié en 2013 et le travail sur le terrain a débuté l’an dernier», a noté M. Gauvin. Il reçoit notamment l’appui de plusieurs partenaires dont le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs qui aux deux ans effectue l’ensemencement de 11 000 truites grises. «Le niveau de l’eau du lac baisse trop et les frayères viennent à découvert. Cette action du ministère aide à garder la vitalité du lac», a précisé René Gauvin.

LE TOULADI

On trouve le touladi dans toutes les régions du Québec. Membre de la famille des salmonidés (truites, ombles, saumons...), le touladi est aussi appelé truite grise ou truite de lac. Cette espèce indigène au Québec est l’un des plus gros poissons d’eau douce d’Amérique du Nord. Une eau froide, claire et bien oxygénée représente un besoin essentiel pour ce poisson. Il recherche l’eau dont la température varie entre 10 et 12 degrés Celsius. Comparativement à l’omble de fontaine, qui commence à se reproduire à l’âge de 1 ou 2 ans, le touladi n’atteint sa maturité sexuelle en moyenne qu’entre 5 et 8 ans. La fraie, qui ne se produit pas nécessairement chaque année pour tous les spécimens, survient entre septembre au nord et novembre au sud.

FONDATION DE LA FAUNE DU QUÉBEC

La Fondation de la faune du Québec a récemment annoncé 27 projets qui recevront une aide financière du programme Amélioration de la qualité des habitats aquatiques (AQHA). Celui de l’Association Chasse et Pêche du Témiscouata fait partie du groupe et reçoit une aide financière de 5 000 $ cette année.

Deux autres organismes du Bas-Saint-Laurent ont également obtenu une subvention. La Réserve faunique Duchénier reçoit la somme la plus importante, un montant de 35 000 $ sur un projet de 75 655 $ pour restaurer les communautés de poissons du lac de l’Équerre et procéder à la réintroduction des espèces indigènes éliminées.

La Fédération Chasse et Pêche Owen obtient 1 700 $ pour un projet de 6 950 $ visant à réaliser une étude du lac Cent pins, plus précisément caractériser les habitats aquatiques de l’omble de fontaine et identifier le potentiel d’aménagement des frayères.

 

26P104 frayères à touladis Richard Sénéchal

Richard Sénéchal, un vétéran pêcheur de Témiscouata-sur-le-Lac, quartier Cabano, avec ses deux truites grises.

Publicité