Publicité
29 juin 2016 - 06:47 | Mis à jour : 08:45

Projet de zone industrialo-portuaire à Cacouna

La protection des bélugas à nouveau dans le débat

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 4

Ce n’est déjà pas facile d’attirer des entreprises utilisatrices d’un port de mer à Cacouna. Cela l’est encore davantage parce qu’à chaque nouveau projet lié à la vocation première de ces infrastructures de transport, les groupes environnementaux s’intègrent immédiatement dans le débat afin de protéger le béluga.

Nature Québec a signifié ses inquiétudes à la suite de l’annonce officielle visant la mise en place d’une zone industrialo-portuaire à Cacouna. Ce secteur abrite une pouponnière de bélugas du Saint-Laurent. L’organisme craint des répercussions néfastes pour cette espèce en voie de disparition.

«Le gouvernement annonce un investissement de 125 000 $ pour des projets de développement industriel, alors que les enjeux environnementaux, notamment les impacts des activités humaines dans l’habitat essentiel du béluga, ne semblent pas faire partie des réflexions en amont», commente Nature Québec.

L’organisme a rappelé qu’il a mobilisé la population dans un vaste débat qui a abouti à l’abandon du controversé projet de terminal pétrolier que voulait construire la compagnie TransCanada, justement en raison de la présence des bélugas. «Il est aberrant de constater que, deux ans après cette saga du port pétrolier de TransCanada, le gouvernement Couillard récidive avec son projet de favoriser Cacouna comme zone industrialo-portuaire de sa nouvelle stratégie maritime. Cela va à l’encontre de la protection de cet habitat qui constitue la pouponnière des bélugas», souligne Me Michel Bélanger, président de Nature Québec.

«Déjà l’été dernier, le gouvernement du Québec avait avancé cette idée, mais nous pensions qu’il avait compris l’importance de protéger cet habitat, surtout que le gouvernement fédéral vient de déposer un projet d’arrêté ministériel pour protéger l’habitat jugé critique pour la survie du béluga du Saint-Laurent», poursuit Me Bélanger.

Nature Québec souhaite rappeler au ministre Jean D’Amour ainsi qu’au premier ministre Philippe Couillard leur devoir en matière de protection du béluga et du Saint-Laurent et ce, même à l’intérieur d’une stratégie essentiellement économique.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

4 réactionsCommentaire(s)
  • tous mes vœux accompagnent Nature Québec dans leur démarches que les pays civilisés montrent l'exemple en voyant à long terme et en protégeant nos plus belles richesses

    muriel - 2016-06-30 19:16
  • Vu d'Europe, on se dit vraiment que le Québec est devenu fou pour sacrifier une espèce en voie de disparition au nom des intérêts fugaces d'une énergie fossile non-renouvelable et polluante. Les bélugas sont des cétacés d'une extraordinaire intelligence, vivant en sociétés complexes fondées sur des cultures dialectales transmises de génération en génération. Ils sont l'un des plus joyaux naturels du Canada d'antan, les survivants paisibles et sympathiques d'une grand Peuple Premier non-humain qui peuplait autrefois le Saint Laurent par milliers, bien avant que les premiers colons n'y posent le pied. Et l'on voudrait leur préférer un terminal pétrolier ? S'il vous plaît, ne laissez pas faire ça !
    http://www.dauphinlibre.be/belugas-seigneurs-des-glaces/

    Yvon Godefroid - 2016-06-30 12:49
  • cacouna rayer de la carte pour tous projets.Se sont tous des retraiter qui vive de leur rente et qui non plus besoin d investisment.vive les belugas vive le bs pour les jeunes. et on se demande pourqoi les regions se vide.

    y l - 2016-06-29 11:59
  • Bélugas ou pas......çà fait 60 ans ou plus que des promesses électorales sont faites sur le dos du port de Gros-Cacouna et de son développement. Arrêtez chers politiciens....on en a assez. De Rosaire Gendron au fédéral à Jean D'amours au provincial. des études de marché ont déjà été faites et ce n'est pas un endroit propice au développement industriel et portuaire. En plus, même en ces époques reculées...on ne parlait même pas d'environnement et de protection des espèces.....mettez vos priorités ailleurs et arrêtez vos promesses toujours dans de but de gagner des votes......maudite politique.

    Michel D. - 2016-06-29 08:05