Publicité
27 juin 2016 - 06:58

On fait de la place pour la 3e phase du Manoir Rose-Marquis

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Les Habitations Dégelis préparent l’emplacement pour la réalisation de la troisième phase du Manoir Rose-Marquis. La corporation a notamment publié un appel d’offres pour la démolition ou le déplacement des bâtiments qui abritaient auparavant la Boucherie Bégin.

«Nous sommes au début du processus, nous pensons que deux ans seront probablement nécessaires pour avoir toutes les autorisations afin de concrétiser la troisième phase», a mentionné Diane Dubé, coordonnatrice. Les Habitations Dégelis sont maintenant propriétaires de l’ancienne bâtisse de la Boucherie Bégin et du garage de 24 par 30 pieds. Le projet de la troisième phase du Manoir Rose-Marquis comprendrait 16 logements et le nouveau bâtiment serait relié à celui existant.

«Nous avons une grosse liste d’attente, les besoins sont là. Du côté de la Ville de Dégelis, dont la participation est essentielle, ça regarde bien», a commenté Mme Dubé. D’autre part, l’aide financière qui serait accordée par la Société d’habitation du Québec par l’entremise du programme Accès-Logis s’élèverait à environ 50% du cout du projet.

Actuellement, le Manoir Rose-Marquis compte 38 logements pour un total de 46 résidents. La moyenne d’âges est de 82 ans. C’est à la suite d’un sondage réalisé par la Ville de Dégelis et la Corporation de développement économique au début des années 2000, afin de connaître les besoins en matière de logements, que les administrateurs de la corporation décident d’aller de l’avant avec le projet du Manoir Rose-Marquis. Par le truchement du programme Accès-Logis de la Société d’habitation du Québec, les 17 premiers logements du Manoir Rose-Marquis furent terminés en 2004. Une seconde phase de 21 nouveaux logements, le Pavillon Desjardins, fut complètement occupée en juillet 2012.

LES HABITATIONS DÉGELIS

Les Habitations Dégelis gèrent actuellement 72 logements pour familles, en plus de 38 logements pour personnes retraitées au Manoir Rose-Marquis. Ce succès communautaire a débuté en 1978 avec un projet de construction de logements nommés le Bloc Lions en lien avec les instigateurs de cette belle réussite. La première phase de construction a été réalisée en 1979 et a permis d’offrir 24 logements situés au 101, 7e Rue Est.

En 1983, la seconde phase a contribué au développement des Habitations Dégelis par l’ajout de trois blocs de quatre logements chacun, toujours sur la 7e Rue Est. Celle-ci est connue sous l’appellation Place piste cyclable. En 1985, deux autres bâtiments composés de six logements chacun, la Place du Longeron, ont permis de loger davantage de familles ou de personnes seules sur l’Avenue du Longeron. Plus récemment, c’est en décembre 2014 que les 24 logements sociaux de l’Avenue Morneau ont été accessibles.

«Nous répondons à des besoins de petites familles, de personnes seules et d’ainés, plus particulièrement de personnes à faible revenu. De plus, cela permet aux gens de rester dans leur milieu, près de leur famille», a mentionné Jean-Yves Lavoie, président de l’OSBL.

La corporation Les Habitations Dégelis a également un impact économique non négligeable dans son milieu. D’abord, elle procure un emploi à 13 personnes dont huit à temps plein. Les investissements qu’elle a réalisés avec ses partenaires peuvent être évalués en 2016 à plus de 14 millions de dollars.

 

Publicité