Publicité
24 juin 2016 - 07:31

Le parc national du Lac-Témiscouata double son offre d’hébergement

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 8

«Le parc national du Lac-Témiscouata ajoute cette année 80 espaces d’hébergement, on double pratiquement notre capacité», a affirmé Denis Ouellet, directeur. Deux nouveaux secteurs s'ajoutent à l'offre, le camping Grands-Pins à Dégelis et celui du Grand-Lac-Touladi à Saint-Juste.

En 2015, le parc national du Lac-Témiscouata a enregistré 42 000 jours/visite, sensiblement le même nombre que l’année précédente. «Il a fait froid, la belle température a tardé. De plus, 2014 avait été l’année du Congrès mondial acadien», a expliqué M. Ouellet. On peut facilement prévoir que la saison 2016 sera meilleure avec l’ajout des deux nouveaux sites de camping pour porter la capacité totale à environ 160 sites comprenant également les 72 du camping de l’Anse-à-William près du lac Témiscouata, cinq spécifiquement pour les cyclistes, cinq pour le canot-camping et deux refuges. La clientèle a justifié ces investissements qui complètent le montant de 30 millions de dollars prévus au départ pour la réalisation du parc national.

CAMPING GRANDS-PINS

Situé en bordure du lac Témiscouata, le secteur Dégelis (anciennement connu comme Le Montagnais) est quelque peu isolé des autres secteurs et se trouve à 10 km de l'autoroute 85. Il ne sera pas pour autant dépourvu de services puisqu'on trouvera le camping Grands-Pins, constitué de 14 tentes Huttopia, un centre de services, une salle communautaire, une terrasse avec vue sur le lac, un sentier pédestre, une aire de jeux et la location d'embarcations nautiques (canot, kayak, pédalo et surf debout à pagaie). Son ouverture est prévue pour le 1er  juillet prochain. «La salle communautaire permet d’accueillir des groupes, notamment pour des réunions», a précisé le directeur du parc.

CAMPING GRAND-LAC-TOULADI

Le camping du Grand-Lac-Touladi offrira 66 emplacements aménagés sans services et deux services. Localisé à deux pas du Grand lac Touladi, ce secteur de camping mettra en place des aménagements entièrement imaginés et réalisés pour la famille. Il se définit en une série d'aménagements utiles et rassembleurs (salles de bains familiales, aire de feu commune avec BBQ, etc.) et une offre de services destinés aux petits (prêt de poussettes, de jeux, etc.). À proximité du camping on trouvera également une plage sablonneuse de 100 mètres de long et le sentier du Draveur, une boucle de 8,4 km, qui donne accès au Jardin des mémoires, le cœur historique du parc. L’ouverture de ce secteur est prévue le 22 juillet, soit au début de la période la plus intéressante de la saison estivale.

35 EMPLOYÉS

En 2016, l’équipe du parc national du Lac-Témiscouata comprend 35 employés dont six personnes occupent un emploi toute l’année afin de préparer la saison suivante et faire le suivi des différents projets de recherche sur la faune du parc. Les visiteurs pourront aussi croiser sur leur chemin cet été Laurence Bolduc qui y effectue un projet de doctorat sur l’histoire des camps forestiers. À cet effet, elle rencontrera des ainés et réalisera des fouilles sur deux sites d’anciens camps forestiers. «Cette période liée au territoire du parc national est plus récente mais aussi importante sur le plan historique», a conclu Denis Ouellet.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

8 réactionsCommentaire(s)
  • Bienvenu au parc au profits de "Témiscouata sur le lac" au détriment des populations anciennement utilisatrices de Squatec, Saint-Juste du Lac et Dégelis.

    Continuons notre boycott des entreprises de Témiscouata sur le lac et favorisons Dégelis, le Jall et Squatec.

    Le peuple a toujours raison!

    Rino C - 2016-06-26 09:51
  • Je dois revenir sur ta notion de travail dans la région. Tu me dis qu'il y a des entreprises qui ont travaillées. Bien sur et si j'étais à leurs places je serais content. Mais à ce titre et si je suis votre logique, il suffit de faire tourner l'argent pour créer de la richesse, est-ce bien ce que j'entend ??? Ce serait trop beau si l'économie fonctionnait de cette façon, il suffirait de faire des chemin asphalté dans toute les forêts pour créer de l'emploi, ridicule. Et pourquoi ne pas refaire l'asphalte des municipalité avsant. En passant, les entreprises pour le parq ont été payé, mais ceux de citadelle ce sont fait rouler.

    C'était mon dernier message et j'espère que tu ne sortiras pas d'autres d’imbécillités parce que tu t'enfonces à chaque fois.

    Marie-Soleil - 2016-06-26 05:49
  • Pour les emplois à la sépaq, on nous disait, "des emplois bien rémunérés" ALEZ CH... avec vos emplois bien rémunérés. Sortez de chez vous maudit, c'est des emploi au salaire minimum ou à celui demandé comme salaire minimum, common.
    On a changé des salaires de l'industrie forestière qui étaient juste moyen en salaire de crève faim, en faisant abstraction de quelques employés de plus haut niveau et destinés à des néo de l'extérieur. Et oui, t'as raison, on a des bijoux mais on les a mis de coté dans la vague éco-futile-subventionnée.

    Marie-Soleil - 2016-06-26 05:37
  • je me permets un dernier commentaire car à se que je saches des entrepreneurs de la région on travaillés sur le parc pour les bâtiments routes ... oui ils n'étaient peut-être pas tous du témiscouata mais des gens y ont travaillés et maintenant il y a des gens du coin qui y travail pour la sépaq. Certain on même remporté des prix pour leur travail. Dommage on a des bijoux au BSL mais on ne veux pas les voir et c'est identique au témiscouata des bijoux il y en a mais il faut les voir.

    Marin Lebel - 2016-06-25 20:51
  • J'avais oublié le plus important pour Marin.... C'est avec des gens comme vous que l'on floue des entrepreneurs de la région au profit de vous savez qui. ;-)

    Marie-Soleil - 2016-06-25 10:02
  • Pour Marin... qui me fait rire avec cette phrase
    "c'est avec des gens comme vous qu'une région ne peut se développer"

    Regarde les 40 dernières années et si tu as un minimum d'intelligence, tu devrais en arriver à la conclusion que ton principe ne fonctionne pas, c'est un leurre. Lorsque tu parles des commerces qui en récoltent les fruits, tu te bourres encore. Il suffit de se promener à Cabano pour constater les difficultés des commerces, c'est complètement mort. Et surtout, ne me sors pas de statistiques des dépenses des tourismes de passages. Pour avoir travaillé dans le domaine, je sais que les calculs eux-mêmes sont basés sur d'autres statistiques et qui elles sont complètement biaisées en région et ne servent qu'a complaire ceux qui profitent du système.

    En conclusion, ce sont les gens comme vous qui font que la région périclite en convainquant la population que vous y arriverez un jour. Si ce n'était pas des profiteurs de projets, la population, ses dirigeants et ses investisseurs se concentreraient sur les vrais problèmes et de la, sur les vraies solutions.
    On ne crée pas la richesse; on l'exploite et on la transforme, qu'elle soit naturelle, humaine ou matérielle.

    On ne peut pas faire payer quelqu'un d'autre et se contenter de garder les revenus bruts pour soi. Pour nous comparer à Montréal, il faut avoir du culot pas à peu près. Si tu veux faire ça, sors les chiffres des revenus et dépenses et on en reparlera. Tu vas constater que le Témis n'apporte guère à la société québécoise. Pas que je n'aime pas mon coin, mais il ne se développe pas comme il le devrait à cause de rêveurs comme vous.

    Marie-Soleil - 2016-06-25 07:50
  • pour Marie Soleil c'est avec des gens comme vous qu'une région ne peut se développer. Quand les investissements sont dans les grandes villes les régions sont là pour payer mais quand les régions on un parc comme celui du témiscouata on veut un retour sur l'investissement. Plusieurs commerces on se retour avec le passage des visiteurs en région, nous en a-t-on pour la grande bibliothèque à MTL les ponts ou prolongement de route en milieu urbain quand on a une route incomplète ici au témiscouata des services hospitalier précaire car on veux rediriger vers les grands centre alors moi je dis les régions on droit de vivre. Bonne visite au témiscouata une MRC admirable pour son panorama, agriculture, forêt, lac et gens chaleureux.

    Marin Lebel - 2016-06-24 11:50
  • Et puis, j'aimerais connaitre les prévisions en ce qui à trait à la rentabilité du parc. À quelle moment le retour sur investissement sera positif et que les sommes investies seront remboursées et aussi quel seront les revenus récurrents.

    J'imagine que ça n'a aucune importance la rentabilité, au Témis.

    Marie-Soleil - 2016-06-24 10:45