Publicité
20 juin 2016 - 12:17 | Mis à jour : 12:51

Compressions au CISSS : 41 postes coupés au KRTB

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 15

L’impact de la réduction budgétaire de 20 M$ imposée au CISSS du Bas-Saint-Laurent sur les emplois dans la région est maintenant plus concret. Au KRTB, c’est 41 postes, dont 19 déjà vacants, qui seront abolis, a annoncé la direction le lundi 20 juin en point de presse.  

Si les informations coulaient difficilement à ce sujet en fin de semaine dernière, notamment du côté des organisations syndicales qui sortaient à peine des rencontres d’information, le CISSS du Bas-Saint-Laurent a finalement fait le point. De La Pocatière à la Matanie, il est question de 118 postes abolis. De ce nombre 67 sont titularisés et 33 concernent des infirmières. Le CISSS emploie 8000 personnes. 

Concrètement, dans notre région, il est question de 21 postes abolis (dont 9 vacants) et 5 lits fermés au Kamouraska, de 10 postes (dont 6 vacants) et 5 lits  à Rivière-du-Loup et de 10 postes (dont 4 vacants) dans Les Basques. La région du Témiscouata est la seule à être épargnée par les mesures. 

« Considérant que 68 % de notre budget représente les salaires, il est normal que ceux-ci soient touchés quand on nous demande des efforts aussi importants », a expliqué la PDG du CISSS, Isabelle Malo. 

Cette dernière a d’ailleurs confirmé que pour les 67 postes d’infirmières coupés au Bas-Saint-Laurent, les différentes conventions collectives s’appliqueront. Les personnes dont le poste pourrait être ultimement aboli et qui cumulent deux ans d’ancienneté bénéficieront de la sécurité d’emploi et conserveront ainsi leurs conditions de travail. Le CISSS parle d’offrir la possibilité de joindre des « équipes volantes ». 

SERVICES

Tout comme elle l’avait fait la semaine dernière lors de la rencontre du conseil d’administration tenue à Saint-Pascal, la direction du CISSS a rappelé que les mesures entreprises concernent la réorganisation du travail, la révision du mode de dispensation des services, l’ajustement de primes, la révision des baux et une meilleure performance des achats en commun. Tout est effectué sans couper dans les services et leur accessibilité partout sur le territoire. 

« Au cours des 12 derniers mois, des choix ont été faits selon une analyse rigoureuse de nos façons de faire […] Nous avons tout fait pour tenir notre engagement qui est de garder l’offre de service. C’est notre travail de le faire », a martelé Mme Malo lorsque questionnée à savoir si c’était utopique que d’assurer que les citoyens ne seront pas perdants. 

EFFORTS 

Malgré les compressions de 20 M$ sur deux ans, le CISSS a déposé son plan pour atteindre un budget équilibré de 622 831 135 $. Cette année, les mesures entreprises permettront d’aller chercher près de 12 M$. Les 8 M$ restants, qui proviennent de revenus non récurrents, seront cette année crédités pour atteindre l’équilibre et seront assumés l’an prochain. 

Advenant alors de nouvelles compressions imposées, Mme Malo a avoué qu’il allait « être très difficile de ne pas toucher aux services aux citoyens. Le gouvernement devra le comprendre ». 

 

Publicité