Publicité
16 juin 2016 - 16:27

Compressions au CISSS : abolition de postes confirmée

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 1

À peine 24 h après l’annonce des compressions de 20 M$ au CISSS du Bas-Saint-Laurent qui toucheront les hôpitaux de la région au cours des deux prochaines années, des postes sont déjà abolis. Au moment d’écrire ces lignes, une dizaine d’entre eux n’existent plus au KRTB. 

Rejoint en milieu d’après-midi, la présidente de la cellule louperivoise du Syndicat des professionnelles en soins du Québec (SPSQ), Édith Samson, était en colère. Parmi les employés qu’elle représente, on venait de lui confirmer que 9 postes allaient être abolis, que 5 lits allaient être fermés et que deux centres d’activités seront fusionnés au CHRGP de Rivière-du-Loup.

« Dire que je suis déçue, cela ne rendrait pas justice à la situation actuelle. La semaine dernière, on avait eu vent que ce ne serait « pas si pire ». En ce moment, avec les nouvelles qu’on a, je me demande bien c’est quoi le pire. Couper 9 postes, c’est tout de même très important », a-t-elle déclaré. 

Du côté de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), le directeur du conseil d’administration, Sylvain Lirette, ajoute qu’un poste de travail social de quatre jours est également supprimé à Rivière-du-Loup. Aucun titulaire n’était toutefois en poste dans ce cas. 

TÉMISCOUATA ET LES BASQUES 

Toujours du côté de l’APTS, M. Lirette a également confirmé qu’un poste de prévention et promotion de la santé était aboli au centre hospitalier de Trois-Pistoles. Il ajoute que son syndicat est pour le moment « épargné » au Témiscouata. L'information concernant les autres syndicats n'est toujours pas disponible. 

« La semaine dernière, on me traitait d’alarmiste. Aujourd’hui, le drame commence à apparaitre. À La Pocatière, on envisage de réviser à la baisse les heures d’ouverture du bloc opératoire. On nous a promis l’inverse hier. C’est dommage pour la crédibilité du CISSS », s’insurge-t-il. 

Ces mauvaises nouvelles ont été annoncées aux représentants syndicaux de la région lors de rencontres qui ont débuté ce jeudi 16 juin. Elles se poursuivront vendredi et lundi. D’autres coupes de postes sont à envisager dans les prochaines heures, les prochains jours. Le CISSS du Bas-St-Laurent n’accordera aucune entrevue avant lundi prochain. 

 

Publicité