Publicité
27 mai 2016 - 09:30 | Mis à jour : 13:14

Feu vert au projet d'énergie éolienne Nicolas-Riou

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 15

Le vent va finalement tourner dans la MRC des Basques, alors que le gouvernement du Québec a donné son aval au projet de Parc éolien Nicolas-Riou S.E.C., ce vendredi 27 mai. Une annonce réalisée par le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles Pierre Arcand et le ministre régional Jean D’Amour au Parc du Mont-Saint-Mathieu. 

Concrètement, le projet estimé à 500 M$ comprend l’aménagement d’un parc de 65 éoliennes d'une puissance de 3,3 MW chacune, pour un total maximal de 224,15 MW, ce qui en fera le plus grand parc éolien communautaire au Québec. D’ici décembre 2017, moment où l’on tournera à « on » les interrupteurs, l’on estime que le projet pourrait fournir jusqu'à 400 emplois. De 5 à 10 emplois seraient conservés lors de la mise en fonction. 

«Ce projet, issu du plus récent appel d'offres d'énergie éolienne lancé par Hydro-Québec Distribution, contribuera à l'atteinte de l'objectif de la Stratégie énergétique 2006-2015 d'intégrer 4 000 MW d'énergie éolienne au réseau électrique québécois. Sa réalisation est par ailleurs en accord avec l'un des principaux objectifs de la Politique énergétique 2030, qui est de contribuer à la diversification et au renouvellement de l'offre énergétique faite aux Québécois», a mentionné Pierre Arcand. 

RETOMBÉES 

Pour la région, la mise en marche du Parc éolien Nicolas-Riou amènera de nombreuses retombées. Le président du comité Énergie éolienne Bas-Saint-Laurent, Michel Lagacé était d’ailleurs très enthousiaste, voire émotif, tout comme son confrère de la MRC des Basques, Bertin Denis. 

« L’on parle de bénéfices nets de 7,4 M$ en moyenne par année pour les deux régions administratives pendant 25 ans, soit plus de 185 M$ au total. Uniquement pour la MRC des Basques, c'est de 500 à 600 000 $ qui va rester sur le territoire en contributions additionnelles. C’est beaucoup d’argent », a souligné le premier, précisant que l’énergie verte produite chaque année pourra alimenter l’équivalent de 45 000 résidences.

TRAVAUX

Au sujet de l’appel d’offres pour la réalisation des travaux, elle devrait être imminente, selon le député-ministre Jean D’Amour. « Les travaux de déboisement vont commencer dans les prochains jours. On a déjà une idée de l’entrepreneur. Bref, ce qu’il faut souligner, c’est que le projet ne prendra pas 6 ans à s’enclencher, c’est maintenant, dans les prochains jours », a-t-il indiqué, croyant qu’il reste encore de la place dans le comté pour un projet éolien, notamment au Témiscouata. 

« Le projet annoncé aujourd’hui est une véritable manne pour la région et avec les autres chantiers qui vont démarrer, notamment le déboisement pour la 85 l’an prochain, sincèrement, on vient de s’acheter un fichu de bel avenir », a ajouté l’homme politique. 

Initialement, le projet comptait 68 éoliennes, mais 3 d’entre elles ont été retirées en raison de la polution visuelle appréhendée à certains endroits sur le territoire. Une décision qui satisfait la municipalité de Saint-Mathieu qui avait décriée la situation. 

 

 

Publicité