Publicité
26 mai 2016 - 15:47

Un premier autobus scolaire électrique dans l’Est-du-Québec

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 5

Pascal Ouellet, président de Les Transports Claude Perron Inc. et Transport Pascal Ouellet Inc. au Témiscouata, avait raison d’être fier le 26 mai alors qu’il a présenté son premier autobus scolaire 100% électrique.

«Je souhaite laisser un meilleur environnement à nos enfants», a commenté M. Ouellet pour qui c’est un premier pas. L’homme d’affaires prévoit mettre en service un deuxième autobus électrique au mois de décembre prochain. «Dans cinq ans, je pense avoir 20% de notre flotte avec des autobus électriques», a-t-il précisé. À court terme cependant, le transporteur scolaire entend utiliser le premier véhicule sur différents circuits afin de permettre aux enfants de vivre l’expérience du transport en autobus électrique.

Conçu et fabriqué au Québec par l’entreprise Lion de Saint-Jérôme, il s’agit du seul autobus scolaire de ce type en Amérique du Nord. Le prix de vente du véhicule électrique est de 300 000 $. Moins 125 000 $ en subvention, l’entreprise de M. Ouellet a donc déboursé une somme de 175 000 $ pour son achat. «C’est plus cher au départ», a-t-il noté. Dans le dépliant de ces modèles électriques, on précise cependant que le retour sur investissement représente une économie totale de 119 000 $ sur une période de 7 ans. L’autonomie de l’autobus est de 120 kilomètres entre chaque recharge. Ce changement évite aussi l’utilisation de 135 000 litres d’essence diesel sur la durée de vie de l’autobus, une réduction des G.E.S. de l’équivalent de cinq voitures.

Lion en est à ses premiers pas dans la commercialisation d’autobus scolaires électriques. «Notre objectif est d’en livrer 40 au Québec cette année. Nous en fournissons également en Californie», a mentionné Marc Bédard, président du fabricant d’autobus Lion.

Guilmont Pelletier, président de la Commission scolaire du-Fleuve-et-des-Lacs, a félicité Pascal Ouellet et Valérie Dumont pour cette initiative. «Ça s’inscrit dans ce qu’on enseigne à nos enfants, la protection de l’environnement», a souligné M. Pelletier.

 

Publicité