Publicité
17 mai 2016 - 09:32 | Mis à jour : 10:16

Un programme novateur en mécanique industrielle

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le 16 mai, le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, était au Centre de formation professionnelle Pavillon-de-l’Avenir de Rivière-du-Loup. Il y a souligné l’attribution d’une aide financière de 150 000 $ par Emploi-Québec pour la création d’un programme novateur en mécanique industrielle.

Seize étudiants forment la première cohorte mise en place depuis quelques mois déjà; 8 candidats sélectionnés par des entreprises de la région qui sont déjà en emploi et 8 personnes sans emploi référées par le Centre local d’emploi de Rivière-du-Loup. L’une des particularités de ce premier programme de formation avec rémunération des candidats est que certains d’entre eux sont supportés par Emploi-Québec tandis que les autres sont rémunérés par l’entreprise.

«De plus en plus, les entreprises se sentent concernées par la formation et devront y participer. Des entreprises du Bas-Saint-Laurent sont en manque de main-d’œuvre qualifiée en mécanique industrielle pour assurer le maintien de leurs activités et leur développement», a mentionné M. Blais.

«Par ses actions à l’avant-garde et ses façons de faire adaptées aux besoins de la main-d’œuvre et des employeurs, le Centre de formation professionnelle Pavillon-de-l’Avenir participe activement au développement régional des MRC de Rivière-du-Loup et de Kamouraska. Je salue la mobilisation régionale qui a permis la mise en place de cette formation unique», a indiqué le député-ministre Jean D’Amour.

Benoit Ouellet, directeur du Pavillon-de-l’Avenir, a renchéri en précisant que le programme de formation avait été conçu en tenant compte des besoins spécifiques des entreprises. Elles ont travaillé en étroite collaboration avec le Pavillon-de-l’Avenir pour l’élaboration de la formation d’une durée de 663 heures, soit de la théorie à l’intérieur des murs de l’établissement scolaire et par la suite une alternance travail-études.

Quatre entreprises collaborent à cette première cohorte : Prelco, F.F. Soucy, Viandes duBreton et Premier Tech. «Pour l’instant, nous ne prévoyons pas une autre cohorte en mécanique industrielle, mais plutôt dans d’autres domaines», a-t-il noté.

 

Publicité

Commentez cet article