Publicité
11 mai 2016 - 11:17

Contrats publics frauduleux

SNC-Lavalin veut rembourser Saint-Cyprien

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 10

La collusion dans les contrats de construction n’est apparemment pas l’apanage des plus grandes villes. La Municipalité de Saint-Cyprien pourrait bien être remboursée par la firme d’ingénierie SNC-Lavalin pour des montants qui lui auraient été versés en trop.

Le Complexe Louis-Santerre, construit en 2011 à Saint-Cyprien serait au cœur de ce remboursement de contrats publics frauduleux. Le contrat d’ingénierie pour la réfection et l’agrandissement du complexe se chiffrait à environ 256 000$, financé à parts égales entre le gouvernement du Québec, du Canada et la Municipalité.

SNC-Lavalin a émis un avis d’intention le 10 mai, validant sa participation au Programme de remboursement volontaire (PRV) du gouvernement du Québec. Parmi les villes touchées, on retrouvait Montréal, Québec, Laval, Lévis et Saint-Cyprien. Le Programme de remboursement volontaire touche des contrats qui s’étalent de 1996 à 2015. Saint-Cyprien est donc assuré d’obtenir une proposition de règlement de la part de l’entreprise, dans un délai de 30 jours.

«Nous avons tenté de communiquer avec l’organisme qui chapeaute ces remboursements. Nous n’avons aucune idée du montant qui nous sera versé, ou encore de la surfacturation», a commenté le maire de Saint-Cyprien, Michel Lagacé.

Il déplore également que de telles méthodes aient eu lieu dans une municipalité de 1 100 habitants. «J’ai appris qu’ils ne fraudent pas seulement les grandes villes, mais aussi les petites. Je me demande pourquoi il n’y a pas d’autres municipalités qui ont été touchées», a soulevé le maire.

Il y a une présomption d’un minimum de 20% de récupération des sommes liées à la collusion. «Certaines études démontrent que lorsqu'il y a collusion, les surplus payés dépassent généralement 20 %, mais on a pu constater dans le cadre des travaux de la Commission Charbonneau que dans certains cas, les surplus payés injustement dépassaient 35 %», peut-on lire sur le site web du PRV.

Le Complexe Louis-Santerre de Saint-Cyprien a été rénové au coût de 6,7 M$, en 2011. De plus, les infrastructures de la rue Collin ont été améliorées pour une somme de 1,1 M$ pour un projet total de 7,8 M$.

 

 

Publicité