Publicité
21 avril 2016 - 06:58

Après 6 ans d’attente, les berges de la Pointe seront bientôt sécurisées

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Rivière-du-Loup –  La Ville de Rivière-du-Loup souhaite débuter les travaux de la bande de protection des berges du fleuve Saint-Laurent, près de la tête d’indien à la Pointe de Rivière-du-Loup à la fin août. Depuis 2010, l’endroit est protégé avec des barrières de métal temporaires.

Un estimé d’ordre de grandeur des travaux nécessaires, communiqué sous toutes réserves par la Ville, chiffre le montant des réparations à environ 250 000$. L’appel d’offres permettra d’en préciser la valeur réelle.

«Les bandes de protection en pierre le long de la rue Mackay n’ont pas supporté les grandes marées de 2010», a précisé le directeur du service d’ingénierie de la Ville de Rivière-du-Loup, Pierre Lebel.

En 6 ans, le bord de la rive a continué de s’effriter, mais aucun autre bris n’a été répertorié. «Nous avons mis des clôtures pour protéger les lieux et empêcher les gens de se blesser. Nous voulons un ouvrage qui durera dans le temps afin de protéger les berges», estime M. Lebel.

Un plan de conception avait été élaboré par la Ville en 2011 avait été autorisé par le ministère de l’Environnement, mais il ne prenait pas en compte les nouvelles données concernant les changements climatiques. La solution adoptée alors était de replacer les pierres, en empiétant minimalement sur la rive. Depuis, les normes environnementales ont été révisées à la hausse.

La conception d’un second plan a été demandée à la firme CIMA+. Ce dernier empiète davantage sur la rive et nécessite un nouveau certificat d’autorisation de la part du gouvernement fédéral et du ministère du Développement durable, de l’Environnement et Lutte contre les changements climatiques. Il doit répondre à des exigences particulières, puisque le fleuve est sous juridiction fédérale. L’objectif est donc de commencer à sécuriser ces berges, situées à un emplacement hautement touristique, à la fin du mois d’août, après 6 ans d’attente.

 

Publicité

Commentez cet article