Publicité
14 avril 2016 - 15:16 | Mis à jour : 18 avril 2016 - 21:50

Premier Tech réagit aux affirmations de la CAQ

Francois Drouin

Par Francois Drouin, Journaliste

Twitter Francois Drouin
Toutes les réactions 8

Rivière-du-Loup – Depuis la diffusion du reportage d’Enquête sur les ondes d’ICI Radio-Canada, concernant une série de courriels aux apparences de lobbyisme illégal, le triumvirat formé de Marc-Yvan Côté, de la direction de l’entreprise Premier Tech et du ministre Sam Hamad est au cœur de l’actualité politique. Cette fois, ce sont des allégations de la Coalition Avenir Québec (CAQ) qui forcent l’entreprise à réagir.

Selon ce qu’avance la CAQ, le ministre de l'Environnement, David Heurtel, aurait accordé ni plus ni moins qu’un traitement de faveur à Premier Tech en adoptant en 2014 un règlement sur les fosses septiques venant modifier la distance permise pour l’installation des champs d’épuration traditionnels près des cours d’eau et des nappes phréatiques.

Le parti politique tisse donc un lien entre cette décision favorable au profit de Premier Tech, dont Marc-Yvan Côté était vice-président du conseil d’administration, jusqu’à son arrestation en mars dernier par l’UPAC. «Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, a octroyé un monopole temporaire à Premier Tech», soutient la CAQ.

La CAQ se base notamment sur un texte du Journal de Montréal, publié le mercredi 13 avril, rapportant un échange de courriels datant de 2008, entre Marc-Yan Côté et André Côté, ex-vice-président de Roche, précisant que «tout est organisé» avec le grand patron de Premier Tech. André Côté indiquait pour sa part qu’il voulait financer la campagne du député libéral Germain Chevarie, dont le frère est conseiller municipal et «pousse notre projet de traitement des résidences isolées depuis le début».

Le leader parlementaire caquiste, François Bonnardel, a indiqué que le gouvernement Couillard a mis fin à cette situation de monopole la semaine dernière, alors que Sam Hamad était au centre d’une controverse impliquant, Marc-Yvan Côté, le ministre Sam Hamad et Premier Tech.

PREMIER TECH

En mode réaction depuis les dernières semaines, Premier Tech a une fois de plus réagi par voie de communiqué, dont le titre est «Premier Tech rappelle la CAQ à l'ordre».

Cette dernière souligne son rôle de leader mondial dans le domaine des eaux usées, et qui plus est, se veut l’une des seules entreprises à avoir massivement investi dans la recherche sur la problématique des algues bleu-vert en réduisant l’apport de phosphore dans les lacs et les cours d’eau.

«Cette technologie d’avant-garde vise à assurer la protection des prises d’eau potable de nos municipalités et répond à la règlementation introduite en 2000 par le Parti Québécois, dont M. Legault (aujourd’hui chef de la CAQ) était ministre», peut-on lire.

«Premier Tech aurait-elle à se sentir coupable d’avoir dans son équipe le personnel doté des compétences et connaissances qui lui ont permis de rencontrer avec succès en 2013 les normes et tests de certification du Bureau de normalisation du Québec en la matière?» questionne l’entreprise.

HEURTEL

David Heurtel a nié en bloc les prétentions de la CAQ. «Ça n’a absolument rien à avoir avec les systèmes de déphosphoration. Ça parle de tableau de zone réparatrice et des distances minimales liées aux rejets d’eaux. Alors il ne peut pas y avoir de coïncidences insinuées de la sorte», a-t-il argué.

M. Heurtel a invité François Bonnardel à un peu plus de retenue. Selon le bureau du ministre, la technologie développée par Premier Tech, le DpEC, a été homologuée une première fois en 2012, et non comme le prétend la CAQ, en 2014.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

8 réactionsCommentaire(s)
  • Pouet,pouet,pouet... ils sont déjà dans le caca = les pour les septiques,PLQ !

    Démocrétins, sourds et aveugles ! - 2016-04-20 00:01
  • Une entreprise ne gagne jamais a s'associer pendant une aussi longue période ( plus de 20 ans) a un personage aux méthodes aussi discutable que M-Y Coté. Pourtant plusieurs lumieres jaune et rouge se sont allumés depuis 10 ans à son sujet.

    Sur cet aspect, c'est indéfendable, le reste n'est que ''damage control''

    Serge de sacramento - 2016-04-15 14:07
  • @bloquepoil: non, je ne suis pas aveugle, ni sourd d'ailleurs. J'ai une assez bonne estime de Premier Tech, au contraire de ce que vous pensez. Il y a juste le fait d'avoir eu Marc-Yvan Côté sur leur CA que je trouve douteux... Même après le scandale des commandites et son bannissement du PLC, était-il vraiment là pour autre chose que pour ses contacts politiques?? Si oui, dites-nous le, peut-être était-il là pour ses qualités de gestionnaire ou de comptabilité, j'aimerais le savoir...

    Pour de ce qui est de mon commentaire concernant que le silence serait de mise, je vois que vous n'avez rien compris... On parle ici de stratégie de communication. Si Premier Tech veut réagir à chaque fois qu'un politicien d'arrière banc d'opposition cite leur nom, qu'à peu près personne n'a entendu, bien à eux de le faire, mais ils vont continuer à nourrir la bête selon moi. Il n'y a probablement rien de faux dans ce qu'ils disent, mais L'IMAGE qu'ils projettent de cette façon ne sera pas plus positive pour eux, et ils entretiennent l'histoire pour qu'elle perdure!! Apprenez à lire!

    Concernant votre allusion à St-Hubert, bien.... très hors contexte par rapport au sujet, mais puisque vous vous questionnez sur mon opinion, honnêtement, je m'en fous que St-Hubert soit québécois, ontarien, mexicain ou chinois, si c'est bon je vais continuer à y aller. Non, je ne suis pas de ceux qui applaudissent quand Jean Coutu ou Couche Tard achète un concurrent au USA, et le lendemain qui crient au scandale quand une entreprise québécoise se fait acheter par une autre de l'étranger. Non, pas du tout. On vit dans un pays libre, faisant parti du monde libre, et non d'un "pays" avec une clôture de 20 pieds de haut tout le tour, comme ça peut ressembler à Cuba ou en Corée du Nord... M'enfin, bon.

    passepoil - 2016-04-15 10:52
  • @Broussepoil
    Y a des dons qui donnent de la visibilité mais qui ne sont pas sans avantages puisqu'ils permettent des retours d'impôts.
    Une subvention;un don pis un retour d'impôt par la suite.
    C'es-tu pas le fun ça?

    Ti-Poilu - 2016-04-15 10:42
  • Dites-moi dont, Karl,bloquepoil et passpoil, Pourquoi qu'on prend notre argent pour prêter à Premiertech et par la suite, ils mettent leur nom sur nos bâtiments sportifs. Trouvez l'erreur....

    broussepoil - 2016-04-15 09:01
  • @passepoil - Je partage votre opinion a 110%. S'ils réagissent ainsi, c'est qu'il y a anguille sous roche. La haute direction est tellement obsédée par l'image que cette obsession maladif commence a nuire. L'image de l'entreprise parfaite est défaite pour toujours et le coeur de ses dirigeants saignent.

    Karl - 2016-04-15 06:04
  • Declarer quel'opinion publique envers Premier Tech n'est pas à son meilleur est inexacte dans les faits localement. La réaction des gens de communication à Premier Tech est beaucoup plus crédible que votre vommentaire Passepoil. Vous devez faire parti de ceux qui ont critiqué l'achat de St-Hubert par des ontariens et qui critiquent cet entreprise québécoise d 'envergure internationale. Comment progresser au Québec avec de tels détracteurs aveugles? !

    bloquepoil - 2016-04-15 01:13
  • Je ne sais pas qui est aux communications chez Premier Tech, mais ils auraient avantage à avoir le "profil bas" tant qu'à moi. L'opinion publique envers eux n'est pas à son meilleur ces temps-ci, et tenter de se défendre par communiqués de presse n'est probablement pas aussi efficace que le silence. Surtout, lorsqu'on se targue au passage de "leader international", "créateur de xxx emplois", "premier dans ceci".... c'est pédant à la limite, vantard, pas nécessairement utile pour redorer leur blason... Just shut up, la tempête va finir, le monde vont oublier, comme le reste de ce qui a rapport à la politique. Mon opinion.

    passepoil - 2016-04-14 18:15