Publicité
9 mars 2016 - 16:19

Oléoduc Énergie Est de TransCanada

Philippe Couillard a abandonné la défense des lois du Québec, estime le PQ

Rivière-du-Loup – Alors que se déroulaient les premières audiences du BAPE le 7 mars concernant le projet Énergie Est, le chef de l’opposition et député de Saint-Jérôme, Pierre Karl Péladeau, a déploré que le premier ministre Philippe Couillard persiste à ne pas défendre les intérêts et les lois du Québec.

Il rappelle que même si le premier ministre reconnait que TransCanada ne respecte pas les lois du Québec, son gouvernement a prolongé les autorisations environnementales pour que l’entreprise puisse réaliser des levés sismiques dans le fleuve.

Or, étrangement, cette prolongation a été accordée la veille du dépôt de la demande d’injonction visant TransCanada. « Comment le premier ministre peut-il expliquer que, d’une main, il donne des autorisations et que, de l’autre, il dépose des demandes d’injonction concernant la même entreprise, pour le même projet? », a-t-il questionné.

Malgré les démarches judiciaires inscrites pour faire respecter la loi québécoise, TransCanada s’est présentée aux audiences en invoquant seulement les lois fédérales. « Absolument rien n’a été mentionné quant aux lois et aux règlements qui devraient s’imposer ici, au Québec. Il ne faut pas s’étonner de l’attitude de la compagnie, qui soutient que c’est l’entente qu’elle avait négociée avec le ministre de l’Environnement au printemps 2015 : la tenue d’un BAPE de façade, pour sauver les apparences. Le premier ministre doit rapidement clarifier la situation, étant donné que son gouvernement a, d’une part, déposé une demande d’injonction devant les tribunaux et, d’autre part, accepté que ce BAPE se tienne en dehors des exigences fixées par la loi », a déclaré Pierre Karl Péladeau.

 

Publicité