Publicité
8 mars 2016 - 15:47

Hausses d'Hydro : la clientèle résidentielle privée d'une baisse de tarifs

Toutes les réactions 2

Montréal -  La hausse des tarifs d'électricité résidentiels de 0,7 % semble faible, mais la Régie de l'énergie a plutôt privé les usagers québécois d'une baisse de tarifs de 1,2 %, estime l’Union des consommateurs. 

Sur la base de la progression des coûts que doit assumer Hydro-Québec pour offrir le service à chacune des catégories de clientèle, les ménages québécois auraient dû voir leurs tarifs diminuer de 1,2 %, alors que les clients industriels auraient dû assumer une hausse de 6,0 %.

Davantage sensible aux doléances de l'industrie qu'au nombre record de 62 000 interruptions de service dans le secteur résidentiel en 2014, la Régie a plutôt choisi de transférer vers les ménages le fardeau de ce qui aurait été d'après elle une « importante hausse tarifaire pour la catégorie de consommateurs Grands industriels ».

«Cette décision est en contradiction flagrante avec le principe de causalité des coûts, et déroge au principe d'interfinancement et au pacte social entourant la réglementation de l'électricité au Québec», a déclaré Marc-Olivier Moisan-Plante, analyste en énergie à l’Union des consommateurs.

«La Régie a préféré soutenir les industriels en leur accordant 0 % d'augmentation, plutôt que de diminuer les tarifs de la clientèle résidentielle pour qui l'électricité est pourtant un service essentiel» ajoute-t-il. La hausse de 0,7 % des tarifs résidentiels à partir du 1er avril prochain fera bondir à 11 % les hausses cumulatives depuis 2013, soit le double de l'inflation sur la même période.

L’Union des consommateurs salue toutefois la décision de la Régie de l'énergie d'ordonner que « les frais d'administration sur les factures en retard de paiement soient calculés à partir de la date d'échéance de la facture plutôt qu'à partir de la date de facturation. » Cette nouvelle mesure n'entrera toutefois en vigueur qu'au 1er avril 2017.

Cette pratique d'affaires de nature punitive touchait durement les ménages aux prises avec des difficultés de paiement. Rappelons que 330 000 ménages ont dû prendre une entente de paiement avec Hydro-Québec en 2015.

 

Publicité