Publicité
7 mars 2016 - 12:22 | Mis à jour : 12:38

Compressions : le CISSS du Bas-Saint-Laurent coupe les fruits de mer

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 6

Rivière-du-Loup – Dans sa poursuite de l’équilibre budgétaire pour 2015-2016, le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent (CISSS) a décidé de retirer certains aliments coûteux de son menu, dont les fruits de mer. 

Selon un document interne dont le quotidien montréalais La Presse a obtenu copie, intitulé «Mesures de compressions budgétaires 2015-2016 – Hypothèses de solutions», de nombreuses avenues ont été envisagées pour ainsi «optimiser sans affecter l’accès et la qualité des services à la population». 

Parmi celles-ci, La Presse a noté notamment le retrait des aliments coûteux, la prise en charge des machines à café appartenant au privé, le lavage des uniformes à la maison et la fréquence de nettoyage de certains locaux. 

« Le document en question est un document de travail. Il résulte d’un dernier tour de piste, d’une dernière requête faite aux directeurs pour trouver des solutions et épargner. Plusieurs mesures n’ont jamais été mises en place », a expliqué Lise Chabot, responsable des communications, lorsque rejointe le lundi 7 mars en avant-midi. 

Si les solutions visant à faire des économies dans le secteur de l’alimentation ont été retenues, celles concernant le lavage des uniformes et le nettoyage des locaux n’auraient ainsi jamais vu le jour.  

« Nous avons effectivement changé les menus en collaboration avec des nutritionnistes. Par exemple, nous allons continuer de servir du poisson, mais plus de fruits de mer. Même chose pour le bœuf haché qui sera remplacé par du veau haché », a précisé Mme Chabot. « Les cafétérias ont aussi commencé à comptabiliser l’ensemble des produits. »

En juillet 2015, le CISSS avait annoncé qu’il devait obligatoirement réduire son budget de 17,2 M$ avant le 31 mars 2016. Pour ce faire, il comptait notamment « poursuivre la révision de la gouvernance du réseau, accroitre la performance des achats en commun et revoir la pertinence des soins et des services en santé physique, les différents contrats et proposer une meilleure organisation du travail. »

Les mesures révélées ce lundi s’ajoutent à celles-ci. Au final, le CISSS en a adopté plus de 500 dans différents secteurs. « C’est une démarche tout à fait normale. Comme plusieurs familles actuellement, nous essayons de chercher où économiser », a ajouté Lise Chabot.

 

Publicité