Publicité
12 mars 2016 - 11:04

Acériculture : pétition pour revoir les recommandations du Rapport Gagné

Toutes les réactions 5

Biencourt – Les conclusions du Rapport Gagné quant à la levée de la gestion de l’offre en acériculture continuent de faire réagir l’industrie acéricole, notamment dans l’Est du Québec. Une pétition est d'ailleurs en ligne pour demander une révision approndie de ses recommandations. 

L’abolition du contingentement et le retour à la libre mise en marché de la production, préconisés dans le rapport, seraient catastrophiques pour la filière acéricole régionale. Ces mesures mettraient en péril les producteurs, les transformateurs, les entreprises acéricoles à vocation touristique ainsi que les 1 300 emplois qui en découlent au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, dont près de 800 au Témiscouata seulement.

Les intervenants régionaux du milieu acéricole se mobilisent donc en défaveur des recommandations du Rapport Gagné, qu’ils jugent déraisonnables et fondées sur des données erronées. Déjà, des instances économiques et politiques du Bas-Saint-Laurent ont entrepris des démarches afin d’obtenir l’écoute directe du Premier ministre Philippe Couillard. Il est possible de signer dès maintenant une pétition mise en ligne par le Club d'encadrement technique en Acériculture de l'Est. La date butoir est le 9 juin. 

Outre la révision des recommndations du Rapports, les signataires de la pétition demandent au gouvernement « de laisser le soin aux acteurs crédibles de la filière acéricole québécoise de poursuivre l’amélioration des piliers du système actuel de mise en marché du sirop d’érable québécois, dont le contingentement acéricole, l’Agence de vente et la réserve stratégique de sirop d’érable ».

APPUIS SIGNIFICATIFS

Consciente des enjeux pour la région, la MRC de Témiscouata s’est rapidement positionnée contre les conclusions du Rapport Gagné après son dépôt et sa publication. Depuis, toutes les municipalités du Témiscouata et plusieurs autres du Bas-Saint-Laurent ont emboîté le pas et signifié leurs préoccupations concernant les recommandations du rapport.

Pour leur part, des producteurs, des transformateurs, des équipementiers et plusieurs partenaires de l’industrie demandent au gouvernement de revoir l’ensemble des recommandations du Rapport Gagné et de laisser le soin aux acteurs crédibles de la filière acéricole québécoise de poursuivre l’amélioration des piliers du système actuel de mise en marché du sirop d’érable québécois dont le contingentement acéricole, l’Agence de vente et la réserve stratégique de sirop d’érable.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

5 réactionsCommentaire(s)
  • @ Realiste... Exactement. Le gros problème dans ce rapport, n'est pas ce qu'il dit mais plutôt la façon donc il est expliqué. Et d'autre part, on peut comprendre les craintes des producteurs de se retrouver seul au milieu de tout ce marché. La fédération devrait servir de canalisateur et de promoteur d'un produit de qualité et diversifier. Les producteurs ne doivent surtout pas être laissé à eux même dans tout ça. Certains s'en tireraient mais une bonne partie n'y parviendrait pas. 4 étapes... 1er= Qualité, 2e= Diversité, 3e= Promotion et 4e= Quantité.

    lucide - 2016-03-14 12:42
  • Je pense que les responsables du club d'encadrement aurait besoin d'une formation de base sur l'économie mondiale et à ce moment ils pourraient comprendre la situation et par le fait même mieux conseiller leurs producteurs. Le statu quo est impassable et non viable pour un futur pas si lointain. Le contingentement fonctionne seulement pour un marché fermé mais pas pour un marché ouvert c'est une réalité inconstestable. En passant, je trouve l'implication de la municipalité de biencourt un peu grosse alors qu'il y a tellement de chose locale qu'ils pourraient régler et pourtant rien n'est fait. Peut-être que le fait que le maire et le directeur du club d'encadrement technique soient des frères explique la prise de position de la municipalité dans ce dossier.

    Realiste - 2016-03-13 21:19
  • Si je comprend bien, la très grande majorité des producteurs sont en désaccord avec les recommandations. Pourtant à mes yeux, ce rapport est des plus intelligent. Si vous voulez continuez à mélanger le bon avec le moins bon n'imaginez pas que ça va faire du moyen bon, ça donne du pas bon. Le marché a toujours raison et vous le verrez lorsque les produits extérieurs du Québec déclasseront celui du Québec. Le client a toujours raison. Si le vin Français et autres fonctionnait de la même façon que la fédération, tous les vins serait imbuvable. En y repensant, c'est pas mal ce que fait la SAQ avec certains produit et on voit ce que ça donne au final. Je pose la question; Est-ce que la médiocrité ne serait pas une appellation d'origine contrôlé Québécoise ?

    Lucide - 2016-03-12 19:02
  • Et si notre bon gouvernement à Couillard est d'avis contraire à nos acériculteurs, est-ce que notre bon député ministre aura le courage de défendre les intérêts de son monde ou appuiera-t-il la main qui le nourrit, lui et ses amis?

    Goutte d'eau - 2016-03-12 13:19
  • Je suis favorable à l'augmentation du nombre d'entailles afin de poursuivre la croissance et le maintien des parts de marché! Défavorable à l'abandon des quotas qui assurent et rassurent l'industrie (Producteurs, transformateurs, institutions financières, fournisseurs ex:huile, équipementiers etc)et favorisent
    les investissements et les retombées économiques dans la région.

    Gaétan Ouellet - 2016-03-02 10:29