Publicité
20 janvier 2016 - 12:05

Dissension au sein du conseil municipal de L’Isle-Verte

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

L’Isle-Verte – Trois sièges sur six étaient vacants au conseil municipal de L’Isle-Verte le lundi 18 janvier, une situation qui n’est pas extraordinaire, si l’on en croit la mairesse Ursule Thériault et le directeur général, Guy Bérubé.

Une citoyenne assistant aux séances du conseil municipal a été surprise de constater que l’atmosphère était anormalement tendue lors des réunions comptant plus de trois conseillers, et que le taux d’absentéisme était assez élevé. «On paye leurs salaires avec nos taxes et ils ne font pas leur job, se présentent le tiers du temps et empochent le même salaire que les autres», a-t-elle déploré. La rémunération d’un conseiller à L’Isle-Verte se chiffre à 2 276,60 $, en plus d’une allocation de dépenses de 1 138,32 $. Cette même citoyenne estime que la Municipalité est menée à trois conseillers et regrette que le traitement de dossiers municipaux soit ralenti par la situation.  

MAIRESSE

La mairesse Ursule Thériault a confirmé que l’ambiance est lourde lors des séances de travail du conseil municipal. «Personne n’est hors la loi, certains assistent seulement à une réunion sur trois. C’est toujours difficile de travailler dans ce contexte-là. On se concentre sur les objectifs, la prise de décisions, on appelle les votes. Il y a quorum. S’ils respectent la loi, on n’a pas un mot à dire», soutient-elle. La production d’un rapport concernant les implications et les réalisations des conseillers de la Municipalité a été demandée.

Ursule Thériault souligne que les élus se partagent les responsabilités du mieux qu’ils le peuvent dans le contexte actuel.

«Le baluchon est plus pesant pour ceux qui s’impliquent, ça c’est certain».

Après un avertissement lors de la séance du début du mois de janvier, la situation s’est régularisée pour l’un des conseillers, Guillaume Potvin, qui était présent lors de la réunion du 18 janvier. On peut retrouver dans les procès-verbaux de la Municipalité la présence régulière de Simon Lavoie, Ginette Caron et Robert Legault.

LOI

L’article 317 de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités stipule que «le mandat d'un membre du conseil qui a fait défaut d'assister aux séances du conseil pendant 90 jours consécutifs prend fin à la clôture de la première séance qui suit l'expiration de cette période, à moins que le membre n'y assiste». Un conseiller peut donc s’absenter pendant près de trois mois avant que des mesures ne soient prises.

«Ils respectent le Code. Il y a des froids entre certains membres, ç’a un impact sur la fluidité de l’évolution des dossiers, mais ils ont été élus par la population. Administrativement, on fait le travail qu’on a à faire», soutient Guy Bérubé, directeur général de la Municipalité de l’Isle-Verte.

Le Code municipal ne prévoit aucune mesure lorsque les absences se font dans le respect des règles. Le dossier de l’Isle-Verte a été soumis au ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire. «Il n’y a aucun comportement qui nécessite une intervention», a conclu Guy Bérubé.

DÉMISSION

Lors de la séance de travail du 18 janvier, le directeur adjoint à la de L’Isle-Verte, Philippe Massé, a donné sa lettre de démission. Dans cette dernière, il a souligné la division au sein du conseil. «L’unité au sein du conseil est un obstacle majeur  afin de mener à bien les dossiers de la Municipalité. Cette division marquée n’est, je l’espère, agréable pour personne. Malheureusement, ce sont les citoyens qui paient le prix de cette situation. Peu importe le traitement choc qui sera appliqué, je vous souhaite de régulariser cette situation dans le respect de chacun mais surtout, pour le bénéfice de la collectivité», peut-on y lire. Philippe Massé ira travailler en tant que directeur général de la Municipalité de Notre-Dame-des-Neiges.

Le conseiller François Filion, rejoint par téléphone, a affirmé qu’il trouvait la situation au conseil tout à fait normale. «Chacun juge ce qui se passe à sa manière, ça relève de l’analyse de certains concitoyens. Je vais aux réunions très souvent, c’est normal, ce n’est pas un casse-tête», a-t-il soutenu. Il a rappelé qu’il y aurait intérêt à ce qu’une plus grande partie de population assiste aux séances du conseil afin de se tenir au courant des dossiers municipaux.

Guillaume Potvin a décliné la demande d’entrevue d’Info Dimanche, alors que Stéphane Dumont n’a pas donné suite aux appels du journal. 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Très gênant de demeurer à l'Isle-Verte
    Mme la mairesse n'a pas su choisir ses conseillers afin de représenter la population lors des dernières élections. Aucun projet ne fonctionne.


    ML - 2016-01-27 19:18